Accéder au contenu principal

Ouverture d'une information judiciaire dans l'affaire des assistants d'eurodéputés MoDem

Le président du MoDem François Bayrou, mercredi 21 juin 2017, lors d'une conférence de presse à Paris.
Le président du MoDem François Bayrou, mercredi 21 juin 2017, lors d'une conférence de presse à Paris. Thomas Samson, AFP

Des juges d'instruction vont enquêter sur des soupçons d'emplois fictifs pesant sur des assistants parlementaires européens du MoDem de François Bayrou, a annoncé jeudi le parquet de Paris.

Publicité

Une information judiciaire pour "abus de confiance", "recel d'abus de confiance" et "escroqueries" a été ouverte, mercredi 19 juillet, par le parquet de Paris dans l'enquête sur les attachés parlementaires du MoDem, a-t-on appris jeudi de source judiciaire.

Une enquête préliminaire avait été ouverte le 9 juin sur des soupçons d'emplois fictifs au Parlement européen pour des attachés parlementaires de députés du mouvement centriste.

>> À voir : Départ de Bayrou, Goulard et Sarnez du gouvernement, crise ou remaniement ?

Ces révélations avaient précipité la sortie du gouvernement de trois ministres issus des rangs du Mouvement Démocrate : son président François Bayrou, alors ministre de la Justice, Marielle de Sarnez, aux Affaires européennes, et Sylvie Goulard aux Armées.

Certains salariés du MoDem "recasés" à Bruxelles selon Bayrou

François Bayrou, qui a toujours démenti ces accusations, a reconnu fin juin que le MoDem, alors dans une "mauvaise passe", avait "recasé" certains salariés à Bruxelles.

L'affaire a démarré par une dénonciation, en mars, de Sophie Montel, eurodéputée du Front national, parti lui-même soupçonné d'avoir mis sur pied un système de rémunération frauduleuse de ses salariés avec de l'argent du Parlement européen.

Le parquet a alors ouvert une première enquête préliminaire portant sur une vingtaine d'eurodéputés, dont Marielle de Sarnez et un autre parlementaire du MoDem. Cette enquête préliminaire a été élargie à Jean-Luc Mélenchon, a-t-on appris plus tôt dans la semaine.

Avec Reuters

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.