Accéder au contenu principal
ISRAËL

À Jérusalem, des heurts éclatent entre les Palestiniens et la police israélienne

Des policiers israéliens arrêtent un manifestant palestinien à proximité de la vieille-ville de Jérusalem, le 21 juillet 2017.
Des policiers israéliens arrêtent un manifestant palestinien à proximité de la vieille-ville de Jérusalem, le 21 juillet 2017. Ahmad Gharabli, AFP
4 mn

Des heurts ont éclaté vendredi entre Palestiniens et policiers israéliens suite aux mesures de sécurité imposées à l'entrée de l'esplanade des Mosquées à Jérusalem. Deux Palestiniens ont été tués à Jérusalem et un troisième en Cisjordanie.

Publicité

Des heurts ont éclaté, vendredi 21 juillet, après la grande prière des musulmans près du Vieux Jérusalem, dont Israël a interdit l'accès aux Palestiniens de moins de 50 ans dans un contexte de fortes tensions autour de l'esplanade des Mosquées depuis une semaine.

Un Palestinien a été tué  d'une balle dans la tête dans le quartier de Ras al-Amoud, près de la Vieille ville à Jérusalem-Est annexé, a indiqué le ministère palestinien de la Santé, sans que l'on sache si sa mort est liée aux heurts. Le ministère a annoncé plus tard dans la journée qu'un autre Palestinien a été tué par les forces israéliennes lors de heurts dans le quartier de Al-Tur, également à Jérusalem-Est, et qu'un troisième a perdu la vie "après avoir été visé au coeur avec des balles réelles" à Abou Dis, en Cisjordanie occupée par Israël.

Les Palestiniens dénoncent vigoureusement l'installation de détecteurs de métaux aux entrées de ce site ultra-sensible, décidée après une attaque meurtrière contre des policiers israéliens le 14 juillet à proximité.

Ce dispositif de sécurité a ravivé les craintes des Palestiniens de voir l'État hébreu prendre le contrôle exclusif du site, où se trouvent le dôme du Rocher et la mosquée Al-Aqsa.

"La dispersion des manifestants est de plus en plus violente"

La police israélienne avait par ailleurs annoncé qu'elle interdisait aux hommes de moins de 50 ans d'accéder à la Vieille Ville de Jérusalem, vendredi, pour la grande prière musulmane.

Affrontements quotidiens

Selon le Croissant-Rouge palestinien, 22 Palestiniens ont été blessés dans des heurts jeudi après la prière du soir, près de l'esplanade, dont deux grièvement blessés par des tirs de balles caoutchoutées.

Une porte-parole de la police a indiqué que des Palestiniens avaient jeté des pierres et des bouteilles vers les forces de l'ordre.

Les affrontements entre manifestants et forces de l'ordre ont été quotidiens depuis le 16 juillet, date de réouverture du site. Depuis, les fidèles musulmans ne prient plus sur l'esplanade des Mosquées mais à l'extérieur du site.

À l'approche de la grande prière hebdomadaire – qui rassemble généralement entre 20 000 et 30 000 fidèles le vendredi –, les médias israéliens rapportaient que le Premier ministre Benjamin Netanyahou pourrait faire retirer ces détecteurs pour éviter des émeutes.

L'armée israélienne a en outre annoncé que cinq bataillons supplémentaires avaient été placés en état d'alerte en Cisjordanie occupée. La décision de les maintenir mobilisés tout le week-end sera prise ultérieurement, selon une porte-parole militaire.

Inquiétudes internationales

La Maison Blanche s'est déclarée "très inquiète" et a appelé Israël et la Jordanie à œuvrer ensemble pour trouver une solution.

L'émissaire de l'ONU chargé du Proche-Orient, Nickolay Mladenov, a lui appelé les "voix modérées à s'exprimer contre ceux qui alimentent les tensions".

Israël contrôle les accès au site, que les juifs appellent Mont du Temple, mais sa gestion revient à la Jordanie. L'esplanade des Mosquées est située à Jérusalem-Est, partie palestinienne de la ville dont l'annexion par Israël n'a jamais été reconnue par la communauté internationale. Elle est bâtie sur le site du Temple juif détruit par les Romains et dont l'unique vestige, le mur des Lamentations, est situé en contrebas.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.