Accéder au contenu principal
TERRORISME

Interpol disposerait d'une liste de 173 jihadistes de l'EI prêts à frapper l'Europe

Un drapeau de l'organisation État islamique à Raqqa, en Syrie.
Un drapeau de l'organisation État islamique à Raqqa, en Syrie. Delil Souleiman, AFP
3 mn

Interpol aurait en sa possession une liste de 173 membres de l'organisation État islamique prêts à commettre des attaques-suicides en Europe, rapporte le journal britannique The Guardian.

Publicité

C’est un scénario que les services de sécurité occidentaux craignent par-dessus tout : un petit bataillon de jihadistes réussissant à pénétrer le territoire européen pour y venger la défaite de l’organisation État islamique (EI) en Syrie et en Irak. Selon The Guardian, Interpol aurait en sa possession une liste de 173 membres de l’EI, prêts à commettre des attaques-suicides en Europe si le "califat" venait à perdre de plus en plus de terrain au Moyen-Orient.

Interpol aurait obtenu, d’après le quotidien britannique, ce document du FBI qui l’aurait lui-même reçu des renseignements américains. Ces derniers auraient dressé cette liste sur la base d’informations obtenues dans les bastions pris à l’EI en Syrie et en Irak.

>> À voir : Les périlleuses opérations de sécurisation de Mossoul, après la défaite de l'EI

Dans une note d’Interpol que cite The Guardian, ces jihadistes prêts à agir "auraient été formés à la fabrication et à l’installation d’engins explosifs susceptibles de causer un grand nombre de morts et de blessés. Il est envisageable qu’ils puissent voyager à l’international et participer à des activités terroristes". Et d’ajouter : "Ces personnes ont été identifiées grâce à des documents trouvés dans les caches de l’EI. Il en ressort que ces individus ont manifesté l’envie de commettre un attentat-suicide ou agir en martyr au nom de l’islam".

Une liste avec noms, photos et dernières adresses connues…

La liste, dont le journal a obtenu copie sans toutefois la publier, contiendrait le nom des potentiels kamikazes, des photographies, la date de leur intégration au sein de l’EI, leur dernière adresse connue et le nom de leur mère. Rien ne prouve toutefois, souligne le quotidien, "qu’un seul de ces suspects soit déjà en Europe". Interpol a demandé à ses partenaires de lui fournir les informations dont ils pourraient disposer sur les personnes de la liste : casiers judiciaires, données biométriques, numéros de passeport, activités sur les réseaux sociaux, historiques de voyages...

>> À lire : Pourquoi l’EI n’est pas mort à Mossoul

À en croire The Guardian, le renseignement américain n’aurait pas de doute sur la fiabilité de ces informations. Pour leur part, les services européens estiment que la mise en circulation d’un nombre toujours plus grand de fausses pièces d’identité, dont les passeports, au sein des mouvances jihadistes, ne permet d’être totalement sûr de ces données.

Basé à Lyon, en France, Interpol est une organisation internationale de police qui compte 190 pays membres. Elle a pour but de faciliter l’identification, la localisation, la traque et l’arrestation d’individus recherchés par les polices nationales.
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.