Accéder au contenu principal
ISRAËL

Israël renonce aux portiques de sécurité aux abords de l’esplanade des Mosquées

Les forces de sécurités israéliennes démontent les détecteurs de métaux installés à l'entrée de l'esplanade des Mosquée à Jérusalem, le 24 juillet 2017.
Les forces de sécurités israéliennes démontent les détecteurs de métaux installés à l'entrée de l'esplanade des Mosquée à Jérusalem, le 24 juillet 2017. Ahmad Gharabli, AFP
4 mn

Le gouvernement israélien a décidé de cesser d'utiliser des détecteurs de métaux aux entrées de l'esplanade des Mosquées à Jérusalem, a annoncé mardi dans un communiqué le bureau du Premier ministre Benjamin Netanyahou.

Publicité

Les détecteurs de métaux installés aux abords de l'esplanade des Mosquées, à Jérusalem-Est, vont être retirés et remplacés par des dispositifs de surveillance plus discrets, a annoncé mardi 25 juillet le gouvernement israélien dans un communiqué.

Les portiques de détection ont été installés après la mort de deux policiers, tués le 14 juillet sur le site par des Arabes israéliens. Les Palestiniens ont interprété cette mesure comme le signe d'une intention des Israéliens d'étendre leur contrôle sur le site. Pour protester, ils ont refusé d'entrer sur l'esplanade et ont décidé au lieu de s'y rendre de prier dans les rues environnantes. Troisième lieu saint de l'islam et lieu éminemment sensible, l'esplanade des Mosquées est bordée par le mur des Lamentations.

FR NW GRAB Q1 PAYEN 22H POUR 23H30

L'indignation suscitée par cette mesure a donné lieu depuis à des manifestations et des affrontements ont éclaté à plusieurs reprises entre Palestiniens et forces de sécurité israéliennes au cours desquels cinq Palestiniens ont été tués. Trois civils Israéliens ont également été tués.

Le Conseil de sécurité de l'ONU s'est réuni lundi en urgence pour tenter de désamorcer la crise et Jason Greenblatt, l'émissaire américain pour le Proche-Orient, s'est rendu en Israël, où il a été reçu par le Premier ministre Benjamin Netanyahou. Au terme d'une réunion de plusieurs heures, les membres du cabinet israélien de sécurité ont donc voté dans la soirée en faveur du retrait des détecteurs.

La décision d'enlever les détecteurs de métaux intervient après des discussions entre Benjamin Netanyahou et le roi Abdallah II de Jordanie. Le souverain a demandé par téléphone au chef du gouvernement israélien le retrait des détecteurs de métaux. La Jordanie est le gardien officiel des lieux saints musulmans de Jérusalem.

Portiques remplacés par des caméras de surveillance

Selon le communiqué du gouvernement, il a été décidé de suivre les recommandations des services de sécurité et de remplacer les portiques par des systèmes de "vérification intelligents". Cent millions de shekels (24 millions d'euros) ont été alloués à l'achat du matériel et au renforcement du dispositif policier sur le site.

Des employés municipaux ont commencé à installer des bras métalliques dans plusieurs rues de la vieille ville pour y fixer des caméras de surveillance, ont constaté des journalistes de Reuters.

Mahmoud Abbas, président de l'Autorité palestinienne, a annoncé vendredi la rupture des contacts avec Israël en exigeant le démontage des détecteurs de métaux. Le gouvernement israélien, qui ne voulait pas donner l'impression de céder aux pressions de Ramallah et de la communauté internationale, avait exclu dimanche de les retirer.

En plus des violences de Jérusalem, deux Jordaniens ont été tués dimanche par un agent de sécurité de l'ambassade israélienne. L'un d'eux s'était rué sur lui armé d'un tournevis et l'autre a été victime d'une balle perdue, selon le ministère israélien des Affaires étrangères.

Avec AFP et Reuters

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.