Accéder au contenu principal

Khalifa Haftar : "Nous traiterons avec tous les groupes terroristes par les armes"

Pour le général Khalifa Haftar, une armée unifiée est indispensable en Libye.
Pour le général Khalifa Haftar, une armée unifiée est indispensable en Libye. FRANCE 24

Dans un entretien à France 24, le général libyen Haftar a exclu toute possibilité d'entente politique avec les "terroristes". Après l'accord conclu avec Fayez al-Sarraj pour un cessez-le-feu, il n'a pas caché ses désaccords avec ce dernier.

PUBLICITÉ

"Aucun cessez-le-feu n’est envisageable avec eux." Dans un entretien exclusif accordé au journaliste de France 24 Taoufik Mjaied, mercredi 26 juillet, le chef militaire libyen Khalifa Haftar, qui contrôle l’Est du pays, a rejeté toute éventualité de dialogue politique avec les groupes terroristes présents en Libye. "Les solutions militaires sont réservées aux ennemis, par exemple, l’organisation État islamique, Al-Qaïda et le mouvement du groupe islamique combattant en Libye. Pour les groupes de défense de Benghazi et les nouveaux Frères musulmans, il n’y aura aucun dialogue. Nous traiterons avec eux par les armes. Aucun cessez-le-feu n’est envisageable avec eux", a-t-il asséné. Une allusion à peine voilée à certains des groupes armés, dont il accuse le Premier ministre d’union nationale, Fayez al-Sarraj, de s’être entouré pour assurer la défense d’une partie du pays.

Fayez al-Sarraj "ne possède que le verbe"

Ces propos interviennent pourtant au lendemain de l'adoption inédite d'une déclaration commune en dix points par Fayez al-Sarraj et Khalifa Haftar à l’issue d’une rencontre organisée près de Paris à l’initiative d’Emmanuel Macron, en présence de l'émissaire de l'ONU Ghassan Salamé. Les deux hommes se sont notamment engagés sur un cessez-le-feu dans le pays - à l’exclusion des combats contre les groupes terroristes – ainsi que sur la tenue d'élections au printemps 2018.

Mais au-delà de cette déclaration commune, Khalifa Haftar n’a pas caché ses réticences vis-à-vis de la position du Premier ministre libyen sous les ordres duquel il refuse de travailler : "Personne ne peut mettre la main sur Tripoli. C’est la ville de tous les Libyens. Il faut arrêter les fanfaronnades inutiles. C’est un ingénieur, il faut qu’il reste dans son domaine et s’éloigne de ces fanfaronnades. Il ne possède que le verbe", a-t-il ainsi déclaré, fort de la légitimité qu’il a tiré de sa rencontre avec Emmanuel Macron.

"Le Premier ministre libyen Fayez al-Sarraj ne possède que le verbe"


Pour Taoufik Mjaied, le général Haftar veut nettoyer la Libye de tous les groupes terroristes sans exception et refuse de siéger au sein d’un Conseil présidentiel où trois groupes terroristes sont représentés. Une armée unifiée est, pour lui, absolument indispensable en Libye.

>> À voir aussi sur France 24 : l'entretien exclusif avec le Premier ministre libyen Fayez al-Sarraj

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.