Accéder au contenu principal
FRANCE

Bruno Le Maire annonce la nationalisation provisoire des chantiers navals STX

La nationalisation de STX France coûtera 80 millions d'euros à l'État.
La nationalisation de STX France coûtera 80 millions d'euros à l'État. Mehdi Chebil, France 24
3 mn

Bruno Le Maire a annoncé jeudi la nationalisation provisoire des chantiers navals STX de Saint-Nazaire pour la somme de 80 millions d'euros. "STX n'a pas vocation à rester dans le giron de l'État", a précisé le ministre de l'Économie.

Publicité

Bruno Le Maire a annoncé, jeudi 27 juillet, la décision de l’État de provisoirement nationaliser les chantiers navals STX de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique). "STX n’a pas vocation à rester dans le giron de l’État", a précisé le ministre de l'Économie. Cette nationalisation coûtera 80 millions d’euros à l’État.

Le sort de STX fait l'objet depuis plusieurs mois d'un bras de fer entre le gouvernement italien et le nouvel exécutif français, qui a dénoncé un accord passé sous le quinquennat de François Hollande en avril dernier. Ce compromis prévoyait le rachat de 55 % STX France par le groupe italien Fincantieri (pour 48 %) associé à une fondation transalpine (7 %).

Nationalisation de STX : "On peut parler de protectionnisme économique"

"Reprise des négociations" à Rome

La France avait menacé mercredi de nationaliser les chantiers navals de Saint-Nazaire si Rome n'acceptait pas un partage à 50-50 de son capital avec des intérêts publics hexagonaux. Paris dispose jusqu'à vendredi d'un droit sa préemption sur la totalité du capital.

Le groupe Fincantieri, qui souhaite conserver la majorité de STX, a réagi en déclarant qu'il n'avait pas un "besoin à tout prix" des chantiers de Saint-Nazaire.

Bruno Le Maire a laissé la porte ouverte aux discussions et a ajouté qu’il comptait se rendre à Rome pour "reprendre la négociation".

Avec Reuters

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.