Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FACE À FACE

Gilets jaunes : le mouvement s'essouffle-t-il ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Guerre économique : l'OMC a-t-elle encore une marge de manœuvre ?

En savoir plus

L’invité du jour

Gérard Mourou : "Le Nobel de physique a changé ma vie"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Budget italien : les investisseurs dans l'attente de la décision de Bruxelles

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Thanksgiving, Donald Trump, et ses petites dindes"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Des militantes féministes torturées dans les prisons saoudiennes"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libye : des dizaines de migrants débarqués du Nivin dans le port de Misrata

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Ivanka Trump hors-la-loi ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Alain Juppé : "Les réformes de la fiscalité écologique sont nécessaires"

En savoir plus

Moyen-Orient

Liban : retour d'un millier de jihadistes en Syrie, après un accord avec le Hezbollah

© AFP | Près de la frontière, des bus transportent des centaines de Syriens depuis le Liban à destination de la Syrie, le 2 août 2017.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 02/08/2017

Au terme d'un accord obtenu après un cessez-le-feu entre le Hezbollah et Fateh al-Cham, quelque 7 000 personnes, dont des jihadistes et des réfugiés syriens, ont quitté la région d'Ersal en direction d'un fief rebelle en Syrie.

C’est un convoi de cars très spécial qui s’est ébranlé, mercredi 2 août, depuis la région d’Ersal, dans l'est du Liban, en direction de la zone frontalière de Flita, en Syrie.

En effet, un accord a été négocié la semaine dernière entre le Hezbollah, le mouvement politico-militaire libanais, allié du régime syrien, et le Front Fateh al-Cham (ex-Front al-Nosra, branche syrienne d'Al-Qaïda), au terme d'intenses combats. Un convoi de bus transportant plusieurs centaines de personnes, des jihadistes, des membres de leurs familles et des civils syriens, doit se rendre à Idleb (nord-ouest), dernier fief tenu par les rebelles en Syrie.

Selon les médias libanais, plus de 7 000 personnes, dont plus de 1 000 combattants, sont concernés par ce transfert. Parmi elles, le chef local du groupe jihadiste Fateh al-Cham, Abou Malek al-Tallé, "qui est monté à bord de l’un des bus", a assuré à France 24 le général Abbas Ibrahim, directeur de la Sûreté générale, l'un des principaux services de sécurité libanais. Des chaînes de télévision libanaises ont montré des images de ces bus roulant sur des chemins de terre.

Dans le cadre de cet accord, trois combattants du Hezbollah ont été récupérés par les autorités libanaises dans la nuit de mardi à mercredi après remise au Fateh al-Cham de trois prisonniers, réclamés par le groupe jihadiste, a confirmé le général Abbas Ibrahim, chargé des négociations. Selon l'agence de presse libanaise ANI, les combattants du mouvement chiite qui se bat aux côtés des troupes régulières syriennes, sont arrivés dans la localité libanaise de Laboué, où ils ont été accueillis par des feux d'artifice.

Cinq autres membres du Hezbollah doivent être libérés en Syrie

Cet accord fait suite à la trêve annoncée le 27 juillet, qui a mis fin à une offensive éclair du Hezbollah contre le Fateh al-Cham dans la région frontalière de Ersal, au Liban, où sont implantés des groupes armés venus de la Syrie voisine et qui abrite, dans des camps informels, des milliers de réfugiés syriens. Cerné, le groupe jihadiste a accepté de négocier. Cette reddition a été suivie par l’échange des corps de neuf combattants d'Al-Nosra contre les dépouilles de cinq combattants du Hezbollah morts dans les combats. 

Conformément à l’accord, cinq autres membres du Hezbollah, faits prisonniers en 2015 en Syrie, seront libérés lorsque le convoi de bus arrivera à destination, afin, semble-t-il, de garantir aux jihadistes que leur passage en Syrie dans des zones contrôlées par les forces de Bachar al-Assad se déroulent sans encombres.

"Il s’agit d’une victoire, une victoire pour le Liban, car la libération de ce territoire de la présence de jihadistes n’est pas un sujet de débat, elle profite à l’ensemble des Libanais", a conclu le général Ibrahim, en réponse à certaines voix qui s’étaient élevées contre cet accord, considéré comme une entorse à la souveraineté du Liban.

Plusieurs responsables politiques rivaux du Hezbollah ont indiqué que c’était à l’armée libanaise de mener l’assaut initial contre le groupe radical, et non au parti chiite. Ajoutant que les jihadistes auraient dû être poursuivis en justice, au lieu d’obtenir un transfert vers leur fief en Syrie. L'armée libanaise déployée dans la région s'est bornée depuis le début de l’offensive à un rôle défensif, autour de la ville libanaise d'Ersal, laissant le Hezbollah mener l’offensive.

Avec AFP et Reuters
 

Première publication : 02/08/2017

  • SYRIE

    La Russie, l'Iran et le Hezbollah promettent un soutien accru à Assad

    En savoir plus

  • LIBAN

    Le Hezbollah libanais et l'armée syrienne lancent une offensive à leur frontière

    En savoir plus

  • LIBAN

    Raids du Hezbollah et de l'armée syrienne à la frontière du Liban

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)