Accéder au contenu principal

L'Assemblée constituante du Venezuela inaugurée malgré la contestation

Delcy Rodriguez (au milieu) a été choisie comme présidente de l'Assemblée constituante du Venezuela vendredi 4 août.
Delcy Rodriguez (au milieu) a été choisie comme présidente de l'Assemblée constituante du Venezuela vendredi 4 août. Juan Barreto, AFP

L'Assemblée constituante du Venezuela a tenu sa première séance, vendredi, en présence de ses 545 membres et malgré les critiques qu'elle suscite de la part de l'opposition au président Maduro.

Publicité

Après avoir été repoussée à deux reprises, la séance inaugurale de l'Assemblée constituante vénézuélienne voulue par le président Nicolas Maduro s'est tenue, vendredi 4 août, malgré les critiques internationales et le rejet de l'opposition. De nouvelles manifestations avaient d'ailleurs lieu simultanément, laissant craindre de nouvelles violences.

"Nous inaugurons l'Assemblée nationale constituante du peuple vénézuélien rebelle", a déclaré en début de séance le doyen des constituants, Fernando Soto, devant ses 544 collègues élus. Un prêtre a ensuite béni l'assistance, après un bref sermon.

"La tigresse" bolivarienne présidente de l'Assemblée

L'ex-cheffe de la diplomatie vénézuélienne, Delcy Rodriguez, surnommée "la tigresse" par Nicolas Maduro pour sa défense passionnée de la "révolution bolivarienne", a été élue présidente de la Constituante. "Je promets de défendre la patrie de toute agression ou menace", a déclaré cette avocate de 48 ans, un drapeau vénézuélien et un exemplaire de la Constitution à la main.

Les membres de la nouvelle assemblée – parmi lesquels l'épouse et le fils du chef de l'État, absent lors de cette séance – sont arrivés au siège du Parlement, en arborant des portraits géants du défunt président Hugo Chavez (dont Nicolas Maduro est l'héritier politique) et de Simon Bolivar (héros de l'indépendance du Venezuela).

Andreina Flores, correspondante de RFI au Venezuela

Dotés de pouvoirs illimités durant un temps indéfini, les constituants sont pour la plupart issus de la société civile et appartiennent tous au camp présidentiel, l'opposition ayant boycotté le scrutin. Ils ont à charge de réécrire la Constitution de 1999 en supplantant tous les pouvoirs en place.

Leur élection dimanche, entachée par des violences, a suscité un tollé international. Plus de 120 personnes ont été tuées en quatre mois de manifestations contre le président Maduro.

Avec AFP
 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.