Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L’invité du jour

Reed Brody : "C’est la jurisprudence Pinochet qui a permis le procès d'Hissène Habré"

En savoir plus

FOCUS

Quelles alternatives à la prison pour les condamnés ?

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Le marché florissant du cannabis

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Le Premier ministre australien et Jérusalem"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Daphne Caruana Galizia, assassinée il y a un an"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Élections locales en Côte d'Ivoire : bras de fer entre le PDCI et le RHDP

En savoir plus

LE DÉBAT

Comment expliquer l'ampleur des inondations meurtrières dans l'Aude ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Le vélo de retour à Cuba et les entrepreneurs burundais en province qui innovent

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Mo'Kalamity, ambassadrice capverdienne d'un reggae conquérant

En savoir plus

Amériques

Venezuela : la nouvelle Assemblée constituante limoge la procureure générale Luisa Ortega

© Archive AFP | La procureure générale du Venezuela Luisa Ortega dénoncait les dérives "dictatoriales" de Nicolas Maduro.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 06/08/2017

La nouvelle Assemblée constituante du Venezuela, dotée de pouvoirs illimités, a démis samedi de ses fonctions la procureure générale Luisa Ortega, devenue l'une des principales opposantes au président Nicolas Maduro.

L'Assemblée constituante désignée la semaine dernière au Venezuela a approuvé samedi 5 août le limogeage de la procureure générale, Luisa Ortega.

Quelques heures auparavant, des forces de sécurité avaient pris position autour du bureau de la magistrate, l'une des principales opposantes au président Nicolas Maduro.

Vendredi, le parquet général qu'elle dirigeait encore a demandé à la justice d'annuler l'inauguration de l'Assemblée constituante, en raison de soupçons de manipulation du vote par les autorités. Les opposants redoutent que cette nouvelle assemblée, que plusieurs pays dont les États-Unis ont refusé de reconnaître, octroie les pleins pouvoirs au chef de l'État.

>> À lire : Venezuela : "Seule la communauté internationale peut apporter une solution"

Proche de l'ancien président Hugo Chavez, Luisa Ortega a pris ses distances avec le régime de Nicolas Maduro. Elle s'est notamment publiquement élevée contre la création de l'Assemblée constituante. Elle sera remplacée provisoirement par le "défenseur du peuple" (ombudsman) Tarek William Saab, a annoncé l'Assemblée, qui a également décidé qu'elle siègerait pour une durée maximale de deux ans.

>> Voir le débat : le Venezuela dans l'impasse ?

Les pouvoirs de la nouvelle instance législative sont pratiquement illimités et le limogeage de la procureure générale est vue par les opposants comme une confirmation des ambitions dictatoriales de Nicolas Maduro. Plusieurs pays dont les États-Unis ont refusé de reconnaître le corps législatif.

Suspension du Mercosur

Les ministres des Affaires étrangères du Brésil, de l'Argentine, de l'Uruguay et du Paraguay ont par ailleurs décidé samedi de suspendre politiquement le Venezuela du Mercosur, "pour rupture de l'ordre démocratique", a indiqué le marché commun sud-américain dans un communiqué. "La suspension a été appliquée en raison des actes du gouvernement de Nicolas Maduro, et constitue un appel à un début immédiat d'un processus de transition politique et de restauration de l'ordre démocratique", explique le communiqué envoyé par les pays fondateurs du Mercosur à l'issue d'une réunion à Sao Paulo, au Brésil.

Le Venezuela est déjà mis à l'écart du marché commun sud-américain depuis décembre, pour des raisons commerciales. Mais l'invocation de la clause démocratique vise à obtenir une plus grande répercussion politique. Intitulée "protocole d'Ushuaïa", elle n'avait été utilisée qu'une seule fois auparavant, en 2012, pour sanctionner le Paraguay après la destitution du président Fernando Lugo. Dans la pratique, cette suspension n'implique pas une exclusion du Mercosur, mais son impact est largement supérieur aux autres sanctions prises auparavant.

Les pays fondateurs ont conditionné la levée de cette suspension à "la libération des prisonniers politiques, la restauration des compétences de pouvoir législatif, la reprise du calendrier électoral et l'annulation de l'Assemblée constituante".

Avec Reuters et AFP

Première publication : 05/08/2017

  • VENEZUELA

    Au Venezuela, Nicolas Maduro va inaugurer la Constituante malgré les contestations

    En savoir plus

  • VENEZUELA

    Venezuela : l'opposant Ledezma libéré, tensions avant l'inauguration de la Constituante

    En savoir plus

  • VENEZUELA

    L'Assemblée constituante du Venezuela inaugurée malgré la contestation

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)