Accéder au contenu principal

La Corée du Nord dénonce les nouvelles sanctions de l'ONU

Le régime de Pyongyang avait diffusé cette photo après son annonce, le 4 juillet 2017, d'un tir de missile balistique intercontinental.
Le régime de Pyongyang avait diffusé cette photo après son annonce, le 4 juillet 2017, d'un tir de missile balistique intercontinental. AFP/KCNA via KNS

Les autorités nord-coréennes ont réaffirmé, lundi, que leur programme nucléaire ne sera jamais un sujet de négociation tant que les États-Unis poursuivront une politique hostile à leur égard.

Publicité

Dénonçant une atteinte à sa souveraineté, la Corée du Nord a condamné les nouvelles sanctions imposées à l'unanimité par le Conseil de sécurité des Nations unies, rapporte, lundi 7 août, l'agence de presse officielle KCNA. Les autorités nord-coréennes, poursuit KCNA, réaffirment que leur programme nucléaire ne sera jamais un sujet de négociation, tant que les États-Unis poursuivront une politique hostile à leur égard.

Lundi, lors d'un entretien téléphonique, les président sud-coréen Moon Jae-in et américain Donald Trump ont convenu d'exercer le maximum de pressions sur la Corée du Nord, qui se dit désormais capable de frapper en territoire américain.

À la suite des tirs expérimentaux de deux missiles de longue portée en juillet, le Conseil de sécurité de l'ONU a, en effet, adopté à l'unanimité, samedi, de nouvelles sanctions contre Pyongyang, susceptibles de réduire d'un milliard de dollars ses exportations annuelles. Sur son compte Twitter, Donald Trump s'est dit "impressionné par le vote 15-0 du Conseil de sécurité" sur les sanctions.

La crise nord-coréenne a donné lieu à un intense ballet diplomatique à Manille, en marge d'un forum régional sur la sécurité organisé par l'Asean (Association des nations du Sud-Est asiatique). Les ministres des Affaires étrangères des deux Corées ont eu un bref échange au cours duquel le chef de la diplomatie du Sud, Kang Kyung-wha, a demandé à son homologue du Nord, Ri Yong-ho, de réagir à la proposition sud-coréenne d'une amélioration des liens entre les deux pays. Ce à quoi Ri Yong-ho a répondu que les propositions de Séoul manquaient de sincérité puisqu'elles s'accompagnaient de sanctions contre Pyongyang.

Avec Reuters

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.