Accéder au contenu principal

Une cinquantaine de migrants "délibérément noyés" près du Yémen

Des migrants illégaux au large d'Aden, au Yémen, en septembre 2016.
Des migrants illégaux au large d'Aden, au Yémen, en septembre 2016. Saleh Al-Obeidi, AFP

Une cinquantaine de jeunes Somaliens et Éthiopiens ont trouvé la mort, mercredi, lorsqu'un passeur a contraint les passagers de son bateau à se jeter à la mer près du Yémen, selon l'Organisation internationale pour les migrations.

Publicité

Ils fuyaient la guerre et la pauvreté. Une cinquantaine de jeunes Somaliens et Éthiopiens ont été "délibérément noyés" aux premières heures du mercredi 9 août lorsqu'un passeur de migrants a contraint 120 passagers de son embarcation à se jeter à la mer à l'approche des côtes du Yémen, a déclaré l'Organisation internationale pour les migrations (OIM).

"Les survivants ont déclaré à nos collègues sur la plage que le passeur les a poussés à la mer lorsqu'il a vu des 'gens des autorités' près de la côte", a déclaré Laurent de Boeck, responsable de la mission de l'OIM au Yémen, cité dans un communiqué de l'organisation.

Le personnel de l'OIM a découvert les cadavres de 29 migrants africains sommairement enterrés sur une plage de la province de Chaboua, sur les rives du golfe d'Aden. Les survivants ont rapporté que 22 autres migrants n'avaient pas été retrouvés.

"L'âge moyen était d'environ 16 ans"

"Ils étaient tous assez jeunes, l'âge moyen était d'environ 16 ans", a dit Olivia Headon, porte-parole de l'OIM.

Les survivants ont aussi déclaré que le passeur était retourné en Somalie pour poursuivre ses activités et tenter de ramener d'autres migrants par la même route maritime, selon Laurent de Boeck.

Le Yémen est un pays en guerre mais des Africains essaient de l'atteindre par la mer dans l'espoir de rejoindre ensuite un riche pays du Golfe.

L'OIM estime qu'environ 55 000 migrants ont quitté la Corne de l'Afrique pour le Yémen depuis le début de l'année.

La traversée est particulièrement périlleuse en cette période de l'année marquée par des vents puissants dans l'océan Indien, souligne l'OIM.

Avec Reuters

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.