Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Maduro chez "Salt Bae" : un goût amer pour les Vénézuéliens

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Affaire Lamjarred : la star marocaine placée en détention

En savoir plus

LE DÉBAT

Plan "ma santé 2022" en France : urgences à l'hôpital ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Benoît Hamon : "Celui qui est en cause dans l'affaire Benalla, c'est Macron"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Benoît Hamon : "Je veux reconstruire la gauche"

En savoir plus

FOCUS

Invasion de sargasse au Mexique : désastre ou chance à saisir?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacques Audiard : "Depuis longtemps, j'avais envie de tourner avec des Américains"

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Voyage inoubliable sur le train du désert en Mauritanie et 300 kilomètres pour les plages de Tunisie

En savoir plus

L’invité du jour

Ghislaine Dehaene : "Il faut parler au bébé pour lui permettre de façonner son esprit"

En savoir plus

Découvertes

Ocean Infinity, l'entreprise américaine qui veut reprendre les recherches du vol MH370 disparu

© Sanjit Das, Bloomberg, Getty Images | Des avions de la compagnie aérienne Malaysia Airlines.

Texte par Chloé ROCHEREUIL

Dernière modification : 13/09/2018

Disparu des radars en mars 2014, le sort du vol MH370 de la Malaysia Airlines reste un mystère. Une entreprise privée a proposé au gouvernement malaisien de financer la reprise des recherches, suspendues en janvier.

"Ont-ils peur qu'ils découvrent réellement quelque chose ?" Sur sa page Facebook, le Français Ghyslain Wattrelos, qui a perdu son fils, sa fille et sa femme dans le crash du vol MH370 Kuala Lumpur–Pékin s’interroge. Pourquoi le gouvernement malaisien n’a pas encore accepté l’offre d'Ocean Infinity de financer la reprise des recherches de l’avion disparu dans la nuit du 7 au 8 mars 2014 ?

VOIR AUSSI : Ces objets échoués sur une plage de Madagascar appartenaient-ils aux passagers du vol MH370?

Vendredi 11 août, l’entreprise américaine d’exploration sous-marine a fait savoir qu’elle avait proposé à la Malaisie de prendre en charge financièrement et matériellement la reprise des fouilles, stoppées en janvier dernier après plus de trois ans de recherches infructueuses dans le sud de l’océan Pacifique.

"Les termes de l’offre sont confidentiels, mais je peux confirmer qu'Ocean Infinity a proposé de prendre le risque économique de nouvelles recherches", a expliqué le porte-parole de la compagnie, Mark Antelme, à l’Associated Press. L’entreprise basée à Houston, au Texas, pourrait donc accepter de reprendre totalement à sa charge les recherches, qui auraient déjà coûté près de 160 millions de dollars – environ 135 millions d'euros. Des opérations coûteuses, sur des milliers de kilomètres, et nécessitant un équipement à la pointe de la technologie : l’investissement est lourd.

Qu’est-ce qu’Ocean Infinity a vraiment à y gagner ?

Une récompense à la clé ?

Dans un communiqué de presse, Voice370, l’association des familles des 239 personnes à bord de l’avion accidenté, a appelé le gouvernement malaisien à accepter l’offre d’Ocean Infinity "dans les plus brefs délais". Et si les termes de l’offre restent confidentiels, l’association a suggéré que l’entreprise "aimerait recevoir une récompense si et seulement si elle trouve des débris". En bref, Ocean Infinity prend le risque financer de nouvelles recherches, mais attend bien une récompense – qu’on imagine juteuse – en cas de découverte.

Un pari risqué, alors même que les recherches de la flotte australienne en charge des fouilles sur plus de 120 000 km² n’ont rien donné. Mais Ocean Infinity a l’air plutôt sûre d’elle. L’entreprise américaine, qui se définit comme "explorateur océanique" se targue sur son site Internet d’avoir "la flotte autonome la plus avancée au monde".

Quand elle ne cherche pas des avions mystérieusement disparus, la compagnie met à disposition ses véhicules pour sillonner "des zones inexplorées et recenser des fonds marins" pour des entreprises et des organismes scientifiques. Alors forcément, si elle résout le mystère MH370, Ocean Infinity pourrait voir son carnet de commandes s’allonger.

Déposée en avril dernier, l'offre d'Ocean Infinity n'avait toujours pas reçu de réponse du gouvernement malaisien au moment où nous publions ces lignes.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Première publication : 13/09/2018