Accéder au contenu principal
IRAK

L'aviation irakienne lance une campagne de bombardement sur Tal Aftar

Un hélicoptère de combat de l'armée irakienne survolant Mossoul, le 30 mai 2017.
Un hélicoptère de combat de l'armée irakienne survolant Mossoul, le 30 mai 2017. Karim Sahib, AFP
2 mn

Des responsables irakiens ont indiqué lundi avoir procédé aux premiers bombardements sur Tal Afar, ville toujours tenue par l'organisation État islamique située entre Mossoul et la frontière syrienne.

Publicité

Une campagne de bombardement sur Tal Afar, en Irak, a commencé. La ville, tenue par les jihadistes de l'organisation de l'État islamique, située à 80 km environ à l'ouest de Mossoul, est la cible de l'aviation irakienne, rapporte mardi 15 août la chaîne de télévision Al Soumariya, citant un porte-parole du ministère de la Défense.

Le porte-parole de la Défense, Mohammed al Khodari, a ajouté que l'offensive terrestre sur Tal Afar serait lancée une fois la campagne aérienne terminée.
Les forces irakiennes et leurs alliés ont déjà repris début juillet la ville de Mossoul au terme d'une contre-offensive de neuf mois. La ville comptait environ 200 000 habitants avant de tomber sous le contrôle de l'EI.

Un millier de jihadistes retranchés dans la ville

Lundi, le chef de la police fédérale Raëd Chaker Jawdat avait prévenu dans un communiqué que "les unités de blindés et les unités d'élite se dirigaient vers Tal Afar", le principal bastion de l'EI dans le nord de l'Irak, où il avait proclamé son "califat" il y a trois ans avant d'en être chassé en juillet.

Selon les responsables locaux, environ un millier de jihadistes seraient retranchés dans la ville, dont l'EI s'était emparé en juin 2014. Peuplée avant l'entrée de l'EI d'environ 200 000 habitants, majoritairement Turkmènes, Tal Afar était une enclave chiite dans une région essentiellement sunnite.

Outre Tal Afar, l'EI tient encore Hawija, dans la province de Kirkouk, à 300 km au nord de Bagdad. L'organisation terroriste est également toujours présente dans la province occidentale d'Al-Anbar, notamment dans la région d'Al-Qaïm, frontalière de la Syrie en guerre.
 

Avec AFP et Reuters

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.