Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

MHD, le phénomène rap

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Donald Trump se fait l'avocat de Brett Kavanaugh

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Guerre en Syrie - Idleb : accord Moscou-Ankara pour une "zone démilitarisée"

En savoir plus

TECH 24

Hacker les humains

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget 2019 : quels sacrifices ?

En savoir plus

REPORTERS

Colombie : au Catatumbo, "les damnés de la coca"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le tournant ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des arts de Tiken Jah Fakoly

En savoir plus

#ActuElles

Maroc : les droits des femmes encore à conquérir

En savoir plus

Afrique

La peur dans les rues de Ouagadougou, frappée pour la seconde fois en 18 mois

© Ahmed Ouoba, AFP | Un gendarme près des lieux de l'attaque du restaurant Aziz Istanbul frappé dans la nuit de dimanche à lundi.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 17/08/2017

La capitale du Burkina Faso est toujours sous le choc, mardi, après l'attentat qui a fait 18 morts dans la nuit de dimanche à lundi et dont le mode opératoire rappelle une attaque jihadiste commise au même endroit en 2016.

Un deuil national de trois jours a débuté lundi 14 août au Burkina Faso, après l'attentat qui a fait 18 morts dans sa capitale Ouagadougou. En fin de journée lundi, le quartier de l'attaque était toujours bouclé par des gendarmes. Les vitres du café-restaurant étaient brisées et de nombreux impacts de balles étaient visibles sur la façade du bâtiment de deux étages. L'attaque, menée par des jihadistes présumés, a frappé le café-restaurant Aziz Istanbul, particulièrement fréquenté par des expatriés au moment de la retransmission de grands matchs de football.

Lors d'un point de presse, la procureure du Burkina Faso, Maïza Sérémé, a relevé des "similitudes dans le mode opératoire" avec l'attaque jihadiste du 15 janvier 2016. Un commando avait alors attaqué avec des armes automatiques le café Cappuccino, situé à 200 mètres du restaurant Aziz Istanbul, et plusieurs autres établissements, dont l'hôtel de luxe Splendid. Cet attentat, revendiqué par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), avait fait 30 morts et 71 blessés, en majorité des étrangers.

Après l'attaque de la nuit de dimanche à lundi, le président du Burkina Faso, Roch Marc Christian Kaboré, a condamné un "attentat ignoble". "Le Burkina Faso se relèvera de cette épreuve car son vaillant peuple opposera une résistance sans concession au terrorisme", a déclaré le président. Son homologue français Emmanuel Macron a condamné cette "attaque terroriste". Les deux présidents sont convenus "de l'urgence de mettre en œuvre les décisions prises lors du sommet de Bamako du 2 juillet et d'accélérer la mise en place de la force du G5 Sahel".

Avec AFP

Première publication : 15/08/2017

  • BURKINA FASO

    Attaque de Ouagadougou : un "attentat ignoble", Paris "solidaire"

    En savoir plus

  • BURKINA FASO

    Burkina Faso : "attaque terroriste" meurtrière dans un restaurant de Ouagadougou

    En savoir plus

  • BURKINA FASO

    Attentats de Ouagadougou : le point sur l’enquête

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)