Découvertes

Les statues des soldats confédérés tombent après les violences de Charlottesville

Une statue d'un soldat confédéré est transportée sur un camion après avoir été démontée dans le Lake Eola Park à Orlando, aux États-Unis, en juin 2017.
Une statue d'un soldat confédéré est transportée sur un camion après avoir été démontée dans le Lake Eola Park à Orlando, aux États-Unis, en juin 2017. Jacob Langston, Orlando Sentinel, TNS, Getty Images
Texte par : Chloé ROCHEREUIL
4 mn

Lundi 14 août, des manifestants ont fait tomber la statue d’un soldat confédéré à Durham, en Caroline du Nord, en réaction à la manifestation Unite the Right du week-end dernier à Charlottesville.

Publicité

Ils s’appelaient John C. Breckinridge, John Hunt Morgan, Jefferson Davis, Old Joe ou encore Robert E. Lee, tous ont combattu dans le camp des États confédérés et défendu l’esclavagisme pendant la guerre civile américaine (1861-1865). Souvent érigés au début du XXe siècle ou dans les années 1950 et 1960 en réaction au mouvement des droits civiques, les soldats confédérés de pierre et de bronze pourraient bien devoir redescendre de leur piédestal plus vite que prévu.

VOIR AUSSI : Trump a fini par dénoncer les néonazis de Charlottesville qu'il qualifie de "répugnants"

Dispersés à travers le pays, et en particulier dans les États du Sud, près de 1 500 statues et monuments sont installés dans des lieux publics aux États-Unis en mémoire de ces encombrantes figures de l’histoire du pays. Mais après la manifestation Unite the Right, qui a regroupé des centaines de partisans de l’extrême droite américaine protestant contre l’enlèvement de la statue du général Robert E. Lee à Charlottesville le week-end dernier, les statues des soldats confédérés tombent les unes après les autres.

Les déboulonnages de soldats confédérés se multiplient

En réponse aux violences racistes de Charlottesville – qui ont fait une trentaine de blessés et un mort –, des manifestants ont fait tomber à mains nues l’imposante statue en bronze d’un soldat confédéré à Durham, en Caroline du Nord, lundi 14 août.

Scène de liesse, crachats, doigts d’honneur, rassemblements spontanés et statues vandalisées à la peinture rouge… Pour éviter les débordements, de nombreux élus locaux ont appelé à déboulonner – plus officiellement – les statues de soldats confédérés dans leurs villes au plus vite.

À Gainesville, la statue de "Old Joe" a été retirée de son emplacement par la municipalité dans la journée de lundi :

Ces dernières années, de nombreuses municipalités du Sud des États-Unis avaient appelé au retrait des monuments à la gloire de ces figures historiques controversées, se heurtant bien souvent à des problématiques juridiques qui ont rendu le processus long. Trop long au goût des opposants à l’extrême droite américaine qui ont, ces derniers jours, décidé d'accélérer le processus.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine