Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Cotisations sociales : la machine à redistribuer

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : Cellou Dalein Diallo chef de l'opposition est l'invité du Journal de l'Afrique

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Royaume-Uni - Brexit : Quelles issues pour Theresa May et le Royaume-Uni ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Yarol Poupaud

En savoir plus

#ActuElles

Des employées enceintes harcelées au Japon

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Projet d'accord sur le Brexit : Theresa May, une première ministre bien isolée

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'avenir incertain de la démocratie libérale

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Dans le nord, sur la route de l’Art déco

En savoir plus

TECH 24

Audrey Tang, la hackeuse taïwanaise devenue ministre

En savoir plus

Découvertes

Donald Trump choque même Fox News en jugeant "qu'il y a eu des torts des deux côtés" à Charlottesville

© AP/REX/SHUTTERSTOCK | Le président américain, lors de sa conférence de presse du mardi 15 août 2017.

Texte par Fabien JANNIC-CHERBONNEL

Dernière modification : 16/08/2017

Le président vient (à nouveau) de choquer les États-Unis après avoir refusé de condamner fermement un groupe de suprémacistes blancs. Des propos qui ont choqué jusque dans son propre camp.

Il serait vraiment compliqué de nier que le président américain Donald Trump a atteint un nouveau sommet mardi soir, lors d’une conférence de presse. Après avoir mis deux jours à condamner les violences racistes de Charlottesville, Trump a finalement retourné sa veste. Renvoyant dos à dos les suprémacistes blancs et les antiracistes, le président a jugé "qu’il y avait des torts des deux côtés".

VOIR AUSSI : Ces dernières heures plus que jamais, Donald Trump a fait du grand n’importe quoi sur Twitter

"Vous aviez un groupe d'un côté qui était méchant et vous aviez un groupe de l'autre côté qui était aussi très violent. Et personne ne veut le dire mais je vais le dire maintenant", a déclaré le président américain, en référence au rassemblement de suprémacistes blancs à Charlottesville samedi dernier qui a donné lieu à des affrontements avec des contre-manifestants.

Donald Trump est apparu peu préparé lors d’une conférence de presse qualifée par la presse américaine de "surréaliste". Ses propos véhéments, parfois décousus, contrastaient avec la déclaration de lundi à la Maison Blanche. Durant celle-ci, le président américain, aidé d’un prompteur, avait dénoncé des "violences racistes” inacceptables.

Les propos de Donald Trump ont choqué jusque sur la chaîne Fox News, pourtant habituellement acquise à la cause de l’homme d’affaires. L’une des commentatrices a jugé les propos de Donald Trump "nauséabonds" et "l'un des plus gros accident industriel" qu'elle ait jamais vu. Curieusement, il semble que défendre des néonazis ne soit pas une position politique valable.

"Il n’est pas du tout mesuré dans ses critiques", a expliqué Kat Timpf, une présentatrice de Fox News. "Il s’en prend à des gens quand il veut. Mais qu’il ait pris 48 heures pour condamner ces évènements ? C’est une première pour lui. Et oui, ça ne devrait pas être considéré comme audacieux de dire que, oui, une manifestation de nazis suprémacistes blancs ne compte pas de bonnes personnes."

Kat Timpf explique même s’être demandée si la conférence de presse n’était pas un rêve. Et dans le camp du président américain, elle est loin d’être la seule à s’être indignée. Des proches de Trump ont indiqué à la chaîne américaine CNN que rien de tout cela n’était prévu. Et si vous avez du mal à vous en convaincre, vous pouvez regarder la réaction du général John F. Kelly, le chef de cabinet de Donald Trump, pendant la conférence de presse. C’est ce qu’on appelle le malaise.

– Adapté d’un article original de Mashable.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Première publication : 16/08/2017