Accéder au contenu principal

Quarante ans après la disparition d'Elvis Presley, les fans vibrent toujours

Chaque année, le 16 août, des centaines de fans d'Elvis Presley se rassemblent à Graceland pour l'anniversaire de sa mort.
Chaque année, le 16 août, des centaines de fans d'Elvis Presley se rassemblent à Graceland pour l'anniversaire de sa mort. Mandel Ngan, AFP

Mort un 16 août il y a 40 ans, Elvis Presley, figure emblématique de la musique américaine et du rock'n roll, continue de dominer la culture populaire américaine, grâce à ses ventes de disques et une popularité toujours intacte.

PUBLICITÉ

Pour les 40 ans de la mort d’Elvis Presley, des milliers de fans du King se sont rassemblés mercredi 16 août à Graceland, sa célèbre résidence à Memphis dans le Tennessee.

Avec plus d'un milliard d'albums écoulés, Elvis est considéré comme l'artiste ayant le plus vendu de disques de l'histoire de la musique. En 2016, le magazine Forbes l'a classé 4e au classement des célébrités mortes produisant le plus de revenus, avec un million d'albums écoulés cette année-là pour 27 millions de dollars rapportés.

"Dites le prénom ‘Elvis’ à Pékin, au Nicaragua, en Estonie ou aux Fidji, tout le monde le connaîtra, quelles que soient leur langue ou leur culture", assure Ted Harrison, auteur de deux livres sur le chanteur.

"Elvis the Pelvis"

Sa voix unique et son style particulier, mélange de rythm and blues, de country, de gospel et de blues, lui ont permis de franchir les barrières ethniques et sociales de l'époque. Ses célèbres mouvements de bassin lui vaudront le surnom de "Elvis the Pelvis", lui qui est devenu un objet de fantasme pour de nombreuses femmes grâce à son charisme et son sex-appeal.

Son apport au monde de la musique a été tel que les plus grands, des Beatles aux Rolling Stones, ont été inspirés par ses chansons. "L'entendre pour la première fois était comme sortir de prison", a ainsi dit de lui Bob Dylan.

Vingt millions de touristes à Graceland

Ses tubes comme "Heartbreak Hotel," "Hound Dog," "Jailhouse Rock" et "Are You Lonesome Tonight", édités et réédités à tour de bras, ont traversé les époques.

Plus de 20 millions de touristes ont visité Graceland, sa maison mythique, ouverte au public en 1982 par son ancienne femme Priscilla, la mère de sa fille Lisa Marie. Les fans les plus dévoués, souvent en larmes, se pressent pour déposer des fleurs et lui rendre hommage devant sa tombe dans sa propriété, où Elvis repose à côté de ses parents, Gladys et Vernon, et de sa grand-mère Minnie Mae.

Six cent mille personnes y viennent chaque année, ce qui permet à la ville de Memphis de gagner quelque 150 millions de dollars. Et cela ne devrait pas s'arrêter : en mars, un complexe hôtelier géant de 160 000 mètres carrés, ayant coûté 150 millions de dollars, a vu le jour.

De la gloire à la décadence

Et, de la même manière qu'il avait représenté le rêve américain, il a également symbolisé la décadence américaine. Sur la fin de sa carrière, un King en surpoids, devenu accro aux médicaments, vivait totalement reclus, comme l'ombre de la gloire qu'il avait autrefois été.

Affaibli par de mauvais choix de carrière, Elvis voyait sa santé décliner. Son dernier concert s'est tenu le 25 juin 1977, à Indianapolis. Il est mort quelques semaines plus tard. Il a été retrouvé inanimé le 16 août dans sa salle de bains.

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.