Accéder au contenu principal

Mondial-2018: semaine brûlante pour les Bleus

4 mn
Publicité

Paris (AFP)

Battre les Pays-Bas pour les tenir à distance puis expédier le Luxembourg, tout en espérant un faux pas de la Suède, sans se laisser perturber par la fin du mercato: l'équipe de France attaque lundi une semaine cruciale en vue du Mondial-2018.

La fameuse boulette d'Hugo Lloris en Suède, précipitant la première défaite française dans cette campagne de qualifications (2-1 en juin), a fragilisé la position des Bleus, désormais deuxièmes du groupe A derrière les Scandinaves, à la différence de buts.

Ils n'ont plus leur destin en mains, mais abordent deux matches à domicile, contre les Néerlandais au Stade de France jeudi puis les modestes Luxembourgeois dimanche à Toulouse (20h45 également), alors que la Suède doit parallèlement négocier deux déplacements, en Bulgarie et au Belarus.

Mais déjà, donc, des Oranje au menu, le soir de la clôture du mercato. Les Bleus les avaient surpris à Amsterdam en octobre (1-0, but de Paul Pogba) et ont trois points d'avance sur eux. Mais la bande de Didier Deschamps se dirigera vers le "SdF" percluse de doutes dans le secteur offensif.

- Mbappé dans quel état ? -

Après le coup de froid suédois, il y avait pourtant l'idée d'une bouffée d'air frais insufflée par le duo Kylian Mbappé-Ousmane Dembélé contre l'Angleterre en amical (3-2 à la mi-juin).

Or, Mbappé, s'il figure bien dans la liste, a disputé deux matches plutôt quelconques en début de saison, sans être décisif, puis été mis à l'écart à Monaco depuis trois semaines, vraisemblablement en instance de transfert vers le PSG. "Il a une activité, il s'entraîne", s'était justifié Deschamps.

Le prodige de 18 ans s'était montré insensible à la pression durant son incroyable premier semestre 2017, mais il faudra voir comment il assume mentalement les turbulences autour de lui et son probable statut de deuxième joueur le plus cher de l'histoire, autour de 180 millions d'euros selon les estimations de la presse, derrière les 222 M EUR de Neymar. Resté sur le banc dimanche face à Marseille (6-1), il s'était fait siffler par le public monégasque...

Arrivée à la résidence des Bleus lundi à 11h30, le buteur de 18 ans a tout juste souri et fait un geste de la main lorsqu'on lui a demandé s'il venait passer sa visite médicale dans le cadre de ce passage au PSG, a constaté un photographe de l'AFP.

Dembélé, lui, n'a pas été convoqué car il ne participait plus aux entraînements collectifs à Dortmund, avant son passage au FC Barcelone acté vendredi dernier. L'étourdissant ailier est numériquement remplacé par le revenant Kingsley Coman, auteur d'un bon début de saison au Bayern Munich mais remplaçant. L'autre ailier droit du groupe, Florian Thauvin, connaît une entame tout juste correcte à Marseille.

A gauche, Thomas Lemar est tout désigné pour suppléer Dimitri Payet (forfait), mais il est relativement inexpérimenté en Bleu, avec cinq petites sélections dont une seule titularisation.

- Kurzawa vs Robben -

Le reste du secteur offensif? Olivier Giroud est le remplaçant d'Alexandre Lacazette à Arsenal, et ce sera sans doute le contraire en sélection en raison du "vécu" et de "l'efficacité" du premier, dixit DD, tandis qu'Antoine Griezmann "ne sera probablement pas à 100%", comme l'a relevé le sélectionneur. Dans ce champ de doutes, seul le revenant Nabil Fekir traverse une période faste.

Ca va mieux dans le coeur du jeu, où N'Golo Kanté pourrait doubler Blaise Matuidi pour épauler Pogba, et en charnière centrale, où Samuel Umtiti offre des garanties pour remplacer Raphaël Varane (blessé) aux côtés de Laurent Koscielny.

Sur les côtés, Layvin Kurzawa a une carte à jouer en l'absence de l'arrière gauche titulaire Benjamin Mendy, mais ce sera face à un certain Arjen Robben... A droite, Djibril Sidibé, toujours loin de faire l'unanimité, a dû sortir en fin de match dimanche à Monaco en souffrant des adducteurs.

Si les Bleus abordent une semaine cruciale, que dire des Néerlandais de Dick Advocaat? Avec trois points de retard sur le duo franco-suédois, ils ont la hantise de rater une seconde compétition internationale après l'Euro-2016.

Les Bleus auront donc moins de pression que les Oranje, à eux d'en profiter.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.