Accéder au contenu principal

L'EI évacue la frontière libano-syrienne, affirme le Hezbollah

Un combattant du Hezbollah dans la région du Qalamoun, en Syrie, le 28 août.
Un combattant du Hezbollah dans la région du Qalamoun, en Syrie, le 28 août. Louai Beshara, AFP

À la faveur d'un accord conclu entre l'EI et le Hezbollah, plusieurs centaines de jihadistes ont évacué la frontière libano-syrienne, a annoncé, lundi, le mouvement chiite. Secteur où ils étaient implantés depuis trois ans.

PUBLICITÉ

Selon le Hezbollah, "c’en est fini" de l’EI à la frontière libano-syrienne. Un convoi de jihadistes et de membres de leurs familles a quitté une enclave contrôlée par l'EI, lundi 28 août, dans le cadre d'un accord de cessez-le-feu et de transfert conclu entre le mouvement chiite libanais et l'EI. La zone est désormais "sécurisée", a annoncé le Hezbollah.

Cette évacuation intervient après une semaine de combats : entre les jihadistes et l'armée côté libanais ;  entre les jihadistes, le Hezbollah et l'armée régulière côté syrien.

En vertu de l'accord, quelque centaines de jihadistes et leurs familles, implantés des deux côtés de la frontière, se sont dirigés à bord de bus vers Deir Ezzor (est), seule province syrienne encore sous contrôle de l'EI.

"L'EI a été chassé du territoire libanais"

"Les objectifs (de la bataille) ont été atteints", a annoncé en soirée Hassan Nasrallah, chef du Hezbollah libanais, dans un discours retransmis en direct par la télévision du parti.

"L'EI a été chassé du territoire libanais (...) la frontière a été sécurisée et le Qalamoun ouest (du côté syrien) a été libéré du groupe ultraradical", a-t-il ajouté.

Nasrallah, dont le parti est allié au régime syrien, a précisé que le Hezbollah a perdu 11 de ses hommes dans la bataille et l'armée syrienne, sept soldats. L'armée libanaise avait annoncé ces derniers jours avoir perdu six militaires.

Pus tôt, le Hezbollah et la télévision d'État syrienne avaient affirmé que "les bus transportant les combattants de l'EI sont partis de la région (syrienne) de Qara, dans le Qalamoun ouest, en direction de la ville de Boukamal dans la province de Deir Ezzor".

Pas de réaction de l'armée libanaise

En soirée, l'armée libanaise n'avait toujours pas réagi ni confirmé les informations du Hezbollah. Une correspondante de l'AFP a vu des dizaines de soldats décontractés juchés sur leurs véhicules blindés saluant des journalistes venus en tour organisé à Jouroud Ras Baaleck, territoire aride où l'armée libanaise a combattu l'EI.

L'armée libanaise avait lancé le 19 août une offensive contre l'EI dans deux régions montagneuses connues sous le nom de Jouroud Ras Baalbeck et Jouroud al-Qaa.

La guerre qui ravage la Syrie voisine a débordé sur le Liban, où l'EI a revendiqué plusieurs attaques meurtrières, combattu l'armée et le mouvement chiite Hezbollah et pris pied en 2014 dans les régions montagneuses de l'est.

Avec AFP

 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.