Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

Michelle Obama : la première First Lady afro-américaine se raconte

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Dix ans après sa mort, hommage à Youssef Chahine

En savoir plus

L’invité du jour

Simon Baker : "Le Brexit peut menacer la circulation des œuvres d’art en Europe"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Rafael Correa : "Il y a un coup d'État en Équateur"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Le TGV marocain "Al-Boraq", vitrine du savoir-faire français

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Le string n'est pas une preuve de consentement"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Brexit : "Un gouvernement divisé, un parti divisé, une nation divisée"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

La fin des sanctions contre l'Érythrée

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Mais qu'est ce que ça veut dire "mettre le bololo" ?

En savoir plus

Découvertes

Le photographe du "disloyal man" ne savait même pas ce qu'était un mème avant que sa photo en devienne un

© Antonio Guillem, Shutterstock

Texte par Majda ABDELLAH

Dernière modification : 29/08/2017

La photo datant de 2015 a été largement détournée par Internet ces derniers mois. Le photographe à l'origine du cliché du jeune homme mimant un comportement infidèle s'est expliqué sur ce phénomène qu'il était loin d'imaginer.

Impossible d’être passé à côté ces derniers mois tant elle a tourné partout, inondé nos fils Twitter et inspiré les internautes à l’infini au point qu’on pourrait lui donner le convoité titre de mème de l’été.

VOIR AUSSI : Le cas Pepe the Frog : de l'impossibilité de faire mourir un mème à l'heure d'Internet

Au commencement, cette image d’un jeune homme marchant aux côtés de sa copine dans la rue, sans pouvoir s’empêcher de se retourner vers une autre jeune femme, était censée illustrer l’infidélité. C’était avant que les internautes ne tombent dessus pour moquer la scène qui, comme souvent dans ce genre de photos pour banques d’images, prête à sourire. Ici, tout était propice au mème, du trio aux moues affichées par les modèles, et cette image peut donc être formidablement perçue comme métaphore d'à peu près tout.

Apparu en 2015 et vendu à plusieurs banques d’images, le cliché a été réalisé par le photographe espagnol Antonio Guillem. Comme en témoigne son portfolio, le professionnel de 45 ans s’est spécialisé dans les photos pour banques d'images mettant en scène des personnes, souvent les mêmes, des femmes et un homme. Tous étaient ses modèles, explique-t-il dans un communiqué transmis au New York Mag le 28 août. Encore aujourd’hui, il travaille avec deux d’entre eux, Mario et Laura, mais n’a pas souhaité identifié la deuxième jeune femme avec qui la collaboration s’est arrêtée.

[scald=57067:article_details {"additionalClasses":""}]

En 2015, alors que ses photos se vendent très bien, il décide de colorer sa routine professionnelle. "Nous avons décidé de prendre quelques risques en organisant une séance photo représentant le concept de l’infidélité dans les relations d’une manière ludique et fun", raconte-t-il. C’est à Gérone en Catalogne, qu’Antonio Guillem emmène donc ses modèles poser. "C’était un vrai défi de pouvoir réussir des expressions faciales qui soient réalistes. Peut-être parce qu’il y avait toujours une très bonne ambiance et que la plupart du temps, les modèles riaient alors qu’on tentait de prendre la photo."

"Je ne savais même pas ce qu'était un mème"

De la séance photo ressortiront une myriade de clichés, tous éclipsés par cette désormais célèbre photo légendée ainsi sur la banque Shutterstock : "Homme fidèle qui marche avec sa copine et semble impressionné par une autre fille séduisante". Si le cliché aura été utilisé ces dernières années pour illustrer des articles sur les relations de couple, c’est sur Facebook qu’il est réapparu en janvier dernier dans un groupe turc rassemblant des amateurs de rock progressif, d'après le site Meme documentation.

Pour Antonio Guillem, la popularité soudaine de sa photo était tout sauf attendue. "Je n’aurais jamais pensé que mes images soient autant populaires", affirme-t-il au New York Mag. "Je ne savais même pas ce qu'était un mème avant jusqu’à ce que mes modèles me racontent que les gens faisaient des mèmes à partir de notre travail."

Alors que sa photo circule sur les réseaux sociaux et s’échange sans avoir été achetée, le photographe assure ne pas s’en préoccuper, tant que les internautes qui partagent la photo le font avec "bonne foi". "Cela ne représente probablement que 0,00000 % de nos revenus mensuels". Aucune procédure judiciaire ne sera donc engagée à l’exception des cas où les images seraient humiliantes ou insultantes envers lui ou les modèles.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Première publication : 29/08/2017