Accéder au contenu principal
Dans la presse

"Le changement climatique, c'est de l'intox"

France 24

Au menu de cette revue de presse internationale du mercredi 30 août : la visite de Donald Trump aux sinistrés du Texas, les inondations à Bombay, la réaction du Japon au missile envoyé au-dessus de son territoire par la Corée du nord, un référendum au Kurdistan irakien et la Nouvelle Colombie.

PUBLICITÉ

<span><span>Le + </span></span>: Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre <span><span>i</span></span><span>Phone</span> ou sur <span>tout autre mobile</span>. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur <span>Facebook</span>

 

On commence cette revue de presse internationale par la visite de Donald Trump hier aux sinistrés de la tempête Harvey au Texas.

 

Juste avant son départ, le président américain a salué l'entraide entre sinistrés. «Nous sommes une famille américaine, nous nous battons ensemble», a-t-il assuré. Le dessin de Summers pour The Houston Chronicle montre des habitants se portant mutuellement secours, l’un d’entre eux regrettant qu’il ait fallu une telle catastrophe «pour que les gens prennent enfin soin les uns des autres». Des habitants que le dessinateur néerlandais Arend Van Dam représente submergés dans leur salon, regardant Donald Trump à la télévision. «Le changement climatique, c’est de l’intox», martèle à l’écran le président américain, dont les déclarations climato-sceptiques ont aussi inspiré Ben Jennings dans The Guardian : «Les catastrophes naturelles sont une chose terrible. Mais j’ai bien peur qu’on ne puisse rien faire pour les éviter. Rien du tout. C’est triste», déclare un Trump disparaissant peu à peu sous les eaux. Le Texas inondé, à voir aussi avec le dessin de Chapatte pour The New York Times. Un industriel lève le poing au milieu d’un champ de pétrole : «Arrêtez le changement climatique». L’industrie pétrolière est accusée de contribuer au réchauffement de la planète.

Il n'y a pas que le Texas qui est inondé. En Inde, Bombay est aussi sous l'eau. Depuis lundi, il est tombé plus d'un mètre et demi de pluie sur la ville, un record depuis les inondations de 2005, au cours desquelles un millier de personnes avaient péri. Ce déluge est lié à une mousson particulièrement violente cette année, qui perturbe totalement le quotidien de ses vingt millions d’habitants, comme en témoigne la une du Hindu, qui montre des centaines de véhicules bloqués dans les rues et des voyageurs poursuivant leur périple à pied, le long de voies ferrées totalement inondées. Des dizaines de vols ont été annulés, plusieurs hôpitaux ont dû être évacués en raison de coupures d’électricité, les écoles resteront fermées aujourd’hui, et sans doute dans les jours à venir, le département météorologique indien annonçant d'autres précipitations importantes dans les heures qui viennent. D’après le Huffington Post, les scientifiques attribuent les inondations endémiques dans la capitale économique indienne à son développement rapide, qui étoufferait le système de canalisations, aggravant les effets habituels de la mousson.

La Corée du Nord a confirmé, cette nuit, avoir tiré hier un missile balistique au-dessus du Japon. D’après The Japan Times, ce nouveau tir nord-coréen rappelle aux Japonais qu’ils se trouvent largement à portée des missiles de Pyongyang. «Ce n’est pas la première fois qu’un missile nord-coréen survole le Japon, écrit le journal, mais la simple dénonciation et condamnation de cette nouvelle provocation ne suffiront probablement pas à arrêter le régime de Kim Jong-Un, tout comme nous connaissons l’échec des efforts internationaux pour le décourager de mettre un terme à ses programmes de missiles balistiques et d’armes nucléaires». The Japan Times estime néanmoins que les négociations diplomatiques doivent se poursuivre, car «le prix d’une éventuelle option militaire reste trop élevé». Un appel au dialogue relayé, également, par The Financial Times, qui juge que Donald Trump ferait mieux d’apaiser les tensions avec le Corée du Nord plutôt que de s’employer à faire capoter l’accord sur le nucléaire iranien, ouvrant ainsi une «nouvelle querelle nucléaire», alors que celle-ci a été réglée par son prédécesseur en 2015.

En Irak, la région de Kirkouk annonce qu’elle participera au référendum pour l'indépendance du Kurdistan prévu le 25 septembre prochain. Cette décision provoque la colère de Bagdad, mais aussi le mécontentement de l’Iran et de la Turquie, selon le site d’info qatari Al Araby Al Jadeed, qui explique que ces derniers craignent que ce référendum renforce les velléités d'indépendance au sein de leurs propres minorités kurdes. Le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian et la ministre des Armées, Florence Parly, ont d’ailleurs rencontré la semaine dernière à Erbil le président de la région autonome kurde pour le mettre en garde contre ce projet de référendum. Un appel auquel Massoud Barzani reste sourd, tout en tentant d’apaiser les esprits. Dans une interview au quotidien panarabe basé à Londres, Asharq Al Awsat, il persiste et signe, affirmant que le référendum est «inévitable», tout en se gardant de critiquer l’actuel Premier ministre irakien, Haider El Abadi.

Un mot, pour terminer, de l’entrée des FARC sur la scène politique colombienne. L’ex-guérilla marxiste tient cette semaine son premier congrès à Bogotá depuis la conclusion de l’accord de paix et la fin de son désarmement. Au programme : la transformation de l’organisation en parti politique. Mais quel nom lui donner ? Une question importante, d’après La Semana, qui rapporte que les cadres du mouvement ont consulté les internautes. Parmi leurs favoris : «Nueva Colombia», «Nouvelle Colombie».

Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française(du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale(du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.