Accéder au contenu principal
BILLET RETOUR

Au Nigeria, les habitants du Biafra se souviennent

Capture d'écran France 24

Chômage de masse, corruption endémique, flambée de violences… Le Biafra, région orientale du Nigeria, peine à tourner la page de la guerre civile qui l’embrasa de 1967 à 1970. Cinquante ans plus tard, de nombreux vétérans sont morts en emportant leurs secrets dans la tombe, mais les reporters de France 24 ont pu rencontrer des survivants et recueillir leurs souvenirs de guerre. Reportage.

PUBLICITÉ

Au Biafra, la guerre civile a fait entre 1 et 2 million de morts, selon les estimations. Elle a démarré le 30 mai 1967, lorsque la région orientale du Nigeria s'autoproclame "République du Biafra". Quelques semaines plus tard, les forces fédérales franchissent la nouvelle frontière et lancent une offensive contre les séparatistes. Sur fond de richesse pétrolière, ce conflit devient bientôt un terrain d'affrontement à distance le Royaume-Uni et la France, anciennes puissances coloniales. Tandis que les Britanniques arment l'armée nigériane, la France apporte son aide au Biafra et dénonce un génocide.

La région sombre alors dans la famine, et les images d'enfants mourant de faim font le tour du monde... Le Biafra réintégrera finalement le Nigeria le 15 janvier 1970. Le chef de la rébellion part en exil, mais le conflit laisse de profonds stigmates. La région du sud-est souffre aujourd’hui d'un chômage de masse et d'une corruption endémique, qui provoque des flambées de violences. Selon Amnesty International, plus de 150 manifestants ont été tués par les forces de sécurité entre 2015 et 2016.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.