Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DANS LA PRESSE

Caravane des migrants : Trump "ne fait qu'empirer les choses"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Affaire Khashoggi : "Le prince et le meurtre"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Luis Almagro : "Une enquête sur le Venezuela doit être ouverte à la CPI"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Entre désistements et critiques, le "Davos du désert" s'ouvre à Riyad

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : Paul Biya réélu pour un 7e mandat présidentiel

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

#pasdevague et #jesuisunabruti, journée chargée sur les réseaux sociaux français

En savoir plus

LE DÉBAT

Comores : les risques d'une crise politique

En savoir plus

FOCUS

Irak : des personnalités féminines anticonformistes en danger

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Le "Davos du désert" compromis par l'affaire Khashoggi

En savoir plus

REPORTERS

Un reportage long format tourné par nos reporters ou nos correspondants aux quatre coins du monde. Le samedi à 22h10. Et dès le vendredi, en avant-première sur internet!

Dernière modification : 01/09/2017

Fukushima, le choix du retour

© Capture d'écran France 24

Le 11 mars 2011, dans le nord-est du Japon, un séisme et un tsunami provoquaient à Fukushima la plus grave catastrophe nucléaire depuis Tchernobyl. Comme en ex-URSS, le Japon a évacué une vaste zone autour de la centrale, mais contrairement aux Soviétiques, Tokyo a tout fait depuis pour reconquérir ces territoires perdus. Les autorités tâchent maintenant de convaincre les 80 000 anciens résidents de ce no man’s land de revenir chez eux. Notre équipe de correspondants enquêté sur ces initiatives.

Installés au Japon depuis la catastrophe nucléaire de Fukushima, nous avons suivi pas à pas l’évolution de la "zone rouge" autour du site accidenté. Nous avons parcouru ses rues désertes et ses habitations dévorées par la végétation et les animaux. Puis, rapidement, nous avons vu débarquer des centaines de pelleteuses et des milliers d’ouvriers chargés de décontaminer le no man’s land. Troisième puissance mondiale, le Japon n’a pas lésiné sur les moyens pour reconquérir ces territoires perdus à la radioactivité. Et dans une certaine mesure, il y est parvenu puisque la moitié de la zone interdite a rouvert. Y compris des villes situées à moins de 10 km de la centrale de Fukushima !

Des poupées pour peupler les lieux déserts

Mais il ne suffit pas de rouvrir les villes pour que les anciens habitants – évacués du jour au lendemain il y a 6 ans acceptent de revenir. C’est la grande leçon de Fukushima. Les chiffres varient selon les villes mais on considère qu’en moyenne, seuls 10 % des "réfugiés du nucléaire" sont revenus vivre dans la zone évacuée. Voilà pourquoi le gouvernement, les associations et les autorités locales multiplient les initiatives pour convaincre les habitants de revenir et faciliter leur retour.

>> À (re)voir sur France 24 : "Après Fukushima, ils reviennent dans une ville fantôme

Et certains projets peuvent surprendre. Par exemple, à Naraha, l'une des premières villes à avoir rouvert, un groupe de personnes âgées s’est mis à fabriquer des poupées grandeur nature pour peupler des commerces et des lieux publics toujours déserts. À Tomioka, ce sont les chasseurs qui ont repris leur fusil pour éliminer les sangliers et les ratons-laveurs qui ravagent les habitations.

Afflux de nouveaux habitants

Le gouvernement, de son côté, tente d’insuffler un nouvel espoir dans cette zone meurtrie. Une agence gouvernementale est ainsi en train d’ouvrir trois centres high-tech dédiés au démantèlement nucléaire pour attirer la fine fleur des chercheurs japonais et internationaux dans les environs. Une façon indirecte de repeupler la région.

>> À (re)voir sur France 24 : "Deux ans après Fukushima, France 24 pénètre dans la centrale nucléaire"

Finalement, à défaut des anciens habitants, c’est une nouvelle population qui est en train d’investir l’ancien no man’s land. Des milliers d’ouvriers en décontamination, en construction ou encore des ingénieurs en nucléaire cherchent ainsi à habiter plus près de leur lieu de travail. Ils s’installent dans des bâtiments neufs ou bien dans les anciennes habitations des réfugiés du nucléaire, ravis de céder leur bien. Aussi hallucinant que cela puisse paraître, un agent immobilier que nous avons rencontré dans l’un des rares hôtels des environs nous confiait que les prix de l’immobilier flambaient dans l’ancien no man’s land !

Par Marie LINTON , Guillaume BRESSION , Anaelle ROYER , Ophélie GIOMATARIS

COMMENTAIRE(S)

Les archives

19/10/2018 Reporters

Le Brexit, un océan d'incertitudes pour les pêcheurs

La sortie du Royaume Uni de l'Union Européenne va entraîner des conséquences pour les pêcheurs, français notamment, qui avaient jusque là toute liberté pour jeter leurs filets...

En savoir plus

12/10/2018 Reporters

Reporters : Rohingya, l'impossible retour

Près d'un million de Rohingya ont fui les violences de l'armée birmane et survivent aujourd'hui au Bangladesh, dans le plus grand camp de réfugiés au monde. De l'autre côté des...

En savoir plus

05/10/2018 Reporters

Reporters : Rio sous la menace des milices

Le 14 mars 2018, Marielle Franco, conseillère municipale de Rio, était violemment assassinée. Cette militante de 38 ans dénonçait la corruption des puissants et le pouvoir des...

En savoir plus

28/09/2018 Reporters

Sauver les enfants esclaves en Inde, le combat de Kailash Satyarthi

En Inde, un enfant disparaît toutes les 8 minutes. À New Delhi, 6 sur 10 ne sont jamais retrouvés. On les appelle "la génération perdue", mais ils ne se sont pas évaporés....

En savoir plus

21/09/2018 Reporters

Colombie : au Catatumbo, "les damnés de la coca"

Alors que l’ONU a affirmé mercredi que la Colombie reste le principal producteur de cocaïne au monde avec des hausses record des plantations de coca, nos reporters se sont rendus...

En savoir plus