Accéder au contenu principal

Ouragan Irma : Macron s'attend à un "bilan dur et cruel" à St-Barthélemy et St-Martin

À St-Barthélémy, des rafales de vents à 244 km/h ont été relevées par Météo France, avant que les instruments de mesure sur place soient emportés par l'ouragan.
À St-Barthélémy, des rafales de vents à 244 km/h ont été relevées par Météo France, avant que les instruments de mesure sur place soient emportés par l'ouragan. AFP

Les dégâts matériels causés par le passage de l'ouragan Irma à St-Barthélemy et St-Martin sont "considérables", a annoncé Emmanuel Macron, mercredi soir. Le chef de l'État évoque un bilan lourd à venir. Au moins deux morts sont confirmés.

PUBLICITÉ

L'œil du cyclone de l'ouragan Irma, "d'une intensité sans précédent sur l'Atlantique", est resté environ 1h30 sur Saint-Barthélemy avant de toucher celle de Saint-Martin, dévastant ces deux îles des Antilles françaises, mercredi 6 septembre.

La ministre de l'Outre-mer, Annick Girardin, a annoncé un bilan provisoire d'"au moins deux morts et deux blessés graves", avant de décoller pour la Guadeloupe pour faire un point sur la situation.

Le président Emmanuel Macron avait prévenu quelques minutes plus tôt qu'il y aurait "des victimes à déplorer" et qu'il fallait s'attendre à "un bilan dur et cruel", visage grave après une visite à la cellule de crise activée au ministère de l'Intérieur.

"Et les dégâts matériels sur les deux îles sont considérables", a indiqué le président, entouré du Premier ministre Édouard Philippe et du ministre de l'Intérieur Gérard Collomb. Un "plan national de reconstruction sera déployé le plus rapidement possible" à Saint-Barthélémy et Saint-Martin, a ajouté le chef de l'État. Pour le financer, "un fonds d'urgence sera mis en place".

Il a ajouté que les services de l'État étaient "pleinement mobilisés pour assurer les besoins du quotidien et soigner les blessés", mais aussi "organiser les secours et rétablir les liaisons".

Préfecture détruite, toitures arrachées, bateaux fracassés

À Saint-Martin, outre la préfecture "en partie détruite", obligeant "la préfète et 23 personnes" à se réfugier "dans une pièce bétonnée", "la caserne des pompiers est sinistrée", et plusieurs toitures de la gendarmerie se sont envolées selon un communiqué de la préfecture. La chaîne de télévision Guadeloupe 1ère indique, de son côté, que la toiture de l'hôpital de l'île a également été arrachée.

La radio nationale néerlandaise NOS a, quant à elle, fait état de "dommages énormes" sur la partie néerlandaise de Saint-Martin, et diffuse une vidéo tweetée par Radio Caraïbes International montrant des voitures à moitié submergées, et des bateaux fracassés ou abîmés, certains recouverts de palmiers abattus ou de débris.

"Quatre bâtiments qui étaient les plus solides ont été détruits donc cela veut dire que, vraisemblablement, les bâtiments qui étaient plus rustiques sont partiellement ou totalement détruits", a précisé le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb.

Dans les deux îles, indique la préfecture, il n'y a plus d'électricité, et à Saint-Barthélémy la centrale EDF est "inutilisable".

À Saint-Barthélémy où la caserne des sapeurs pompiers "est inondée sous 1m d'eau", "les engins sont hors service, et le personnel est réfugié à l'étage". De "nombreux dégâts aux habitations" ont également été constatés.

Le phénomène semble en revanche avoir épargné l'île française de la Guadeloupe, plus au sud des Antilles, où l'alerte rouge cyclone a été levée mercredi matin. Le territoire est passé en vigilance orange "fortes pluie et orages" et "mer dangereuse".

Une cellule interministérielle de crise a mis en place deux numéros d'information à la disposition du public, depuis la métropole et les Antilles. Les deux numéros sont le (+33) 1 82 71 03 37 depuis la métropole et le (+590) 5 96 39 36 00 depuis les Antilles, détaille le ministère de l'Intérieur, dans un communiqué.

Irma est plus puissant que les ouragans Luis (1995, St-Martin), Hugo (1989, 15 morts en Guadeloupe) et Harvey, qui a récemment frappé le Texas et la Louisiane, faisant au moins 42 morts et plus de 100 milliards de dégâts matériels.

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.