Accéder au contenu principal
SANTÉ

LVMH et Kering prennent des mesures pour lutter contre la maigreur des mannequins

Une mannequin défilant pour Roccobarocco, le 23 septembre 2007, à Milan.
Une mannequin défilant pour Roccobarocco, le 23 septembre 2007, à Milan. Christophe Simon, AFP
4 mn

Les géants du luxe Kering et LVMH, représentant des grands noms de la mode comme Gucci, Saint Laurent, Vuitton et Dior, ont adopté une charte commune pour interdire l'emploi de mannequins trop maigres et âgés de moins de 16 ans.

Publicité

LVMH et Kering ont annoncé, mercredi 6 septembre, avoir établi une charte portant sur leurs relations de travail et le bien-être des mannequins, s'engageant notamment à refuser les tailles inférieures à 34 pour les femmes.

Cette charte sera appliquée partout dans le monde à l'ensemble des marques des deux groupes de luxe, notamment Louis Vuitton, Céline ou Givenchy pour LVMH, Gucci, Saint Laurent ou Balenciaga pour Kering.

"LVMH et Kering s'engagent à supprimer de leurs demandes de casting la taille 32 chez les femmes et la taille 42 chez les hommes (tailles françaises)", indiquent-ils dans un communiqué.

>> À voir : La haute couture, un soft power à la française

Souvent critiquée pour la maigreur ou le très jeune âge de ses mannequins, l'industrie de la mode avait été à nouveau visée en mars dernier par un directeur de casting, James Scully, qui avait dénoncé sur Instagram un traitement qu'il jugeait "sadique et cruel" envers des modèles forcés d'attendre plusieurs heures dans un escalier pour un casting.

Mettant en avant leur rôle déterminant dans le secteur, les deux poids lourd du luxe estiment "avoir une responsabilité spécifique" et vouloir ainsi promouvoir "des standards élevés d'intégrité, de responsabilité et de respect vis-à-vis des personnes concernées".

Une charte qui entrera en vigueur pour les "fashion weeks" d’automne

François-Henri Pinault, PDG de Kering, et Antoine Arnault, membre du conseil d'administration de LVMH, directeur général de Berluti et président de Loro Piana, ont dit espérer être suivis par d'autres acteurs de la mode et pouvoir entraîner "un vrai changement dans les conditions de travail des mannequins".

Les deux groupes s'engagent aussi à ne pas recruter de modèles de moins de 16 ans et à instaurer des règles spécifiques pour ceux de moins de 18 ans, comme la présence d’un accompagnateur ou l'interdiction de travailler entre 22h et 6h du matin. Les agences devront aussi s'assurer qu'ils respectent leurs obligations scolaires.

LVMH et Kering promettent également de ne travailler qu'avec des mannequins possédant un certificat médical valide attestant de leur bonne santé et de leur capacité à travailler, obtenu dans les six mois précédant la séance de photos ou le défilé. Enfin, les modèles auront également la possibilité de formuler directement une réclamation en cas de litige avec une agence, un directeur de casting ou une marque.

Cette charte devrait entrer en vigueur dès les prochaines "fashion weeks" d'automne et un comité de suivi sera mis en place pour s’assurer de sa mise en œuvre effective.

En France, une loi visant à lutter contre l'anorexie est entrée en vigueur au printemps 2017, obligeant les mannequins à fournir un certificat médical attestant "d'un indice de masse corporelle permettant l'exercice de l'activité de mannequin". Elle rend aussi obligatoire, à partir d'octobre, d'accompagner de la mention "retouchée" toute photo modifiée par un logiciel de traitement d'image ayant modifié l'apparence corporelle des mannequins.

Avec Reuters

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.