Accéder au contenu principal

Depuis Athènes, Macron lance un appel pour "refonder l’Europe"

Emmanuel Macron devant l'Acropole, lors de son discours européen à Athènes, le 7 septembre 2017.
Emmanuel Macron devant l'Acropole, lors de son discours européen à Athènes, le 7 septembre 2017. Ludovic Marin, AFP

Le président français Emmanuel Macron s'est adressé aux Européens depuis l'Acropole d'Athènes jeudi, pour demander une refonte de l'Europe avec une réforme ambitieuse de la zone euro. Il s'est aussi attaqué au rôle du FMI dans la crise grecque.

PUBLICITÉ

Emmanuel Macron a choisi la Grèce jeudi 7 septembre pour plaider depuis la symbolique Acropole d’Athènes pour une réforme ambitieuse de la zone euro qui établirait davantage de solidarité entre ses membres et mettrait fin à une forme de "guerre civile".

Dans un discours tenu devant le site historique, avec le Parthénon comme décor, le président français a répété qu'il souhaitait la création d'"un vrai budget de la zone euro", avec un ministre des Finances permanent et un contrôle démocratique. Il devra, pour y parvenir, convaincre les dirigeants allemands, dont les propositions vont jusqu'à présent bien moins loin et avec lesquels il prévoit d'écrire une feuille de route de réformes européennes d'ici la fin de l'année.

"Notre zone euro doit sortir d’une forme de guerre civile interne, où l’on regarde les petites différences" a-t-il dit au côté de son homologue Prokopios Pavlopoulos.

Macron s’attaque au FMI

Quelques heures avant, le chef d’État français avait fait entendre une voix originale en critiquant le recours au FMI dans le plan de sauvetage de la Grèce, et en déplorant le "manque de confiance" mutuel des Européens qui a conduit à demander l'aide de l'institution monétaire.

Emmanuel Macron a espéré que le FMI "n'ajouterait pas de conditionnalités supplémentaires" au programme de réformes de la Grèce, qui s'achève en août 2018, et il a ironisé sur le "caractère parfois lunaire" des discussions technocratiques sur ce pays.

Parmi les réformes qu’il proposera pour soutenir "cette ambition folle de vouloir une Europe plus forte", un budget et un ministre des Finances de la zone euro, et un Parlement de cette zone. Pour les élections européennes de 2019, il prône la constitution de "listes transnationales".

Consultation des peuples européens

Le président français souhaite que s'engage auparavant une vaste consultation des peuples européens durant le premier semestre 2018. Les contours de ce "débat délibératif" restent encore vagues, mais Emmanuel Macron prévoit de le présenter à ses partenaires européens "dans les prochaines semaines", après les élections législatives allemandes du 24 septembre.

Le premier ministre grec Alexis Tsipras, dont le pays commence à sortir de la crise après neuf ans de récession, mais qui est très bas dans les sondages, a semblé savourer tous les propos de son visiteur, avec lequel il a affiché une grande connivence. Emmanuel Macron l'a tutoyé, avant de revenir plus solennellement au vouvoiement.

Avec AFP et Reuters

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.