Accéder au contenu principal

Un homme arrêté après avoir attaqué un militaire à l'arme blanche à Paris

Des militaires de l'opération Sentinelle en patrouille dans le quartier de Châtelet, le 16 février 2017
Des militaires de l'opération Sentinelle en patrouille dans le quartier de Châtelet, le 16 février 2017 Christophe Archambault, AFP

Un homme armé d’un couteau a attaqué un militaire de l’opération Sentinelle, tôt vendredi matin, dans le métro parisien. L’assaillant a été rapidement maîtrisé et il n’y a pas de blessé, selon le ministère des Armées.

PUBLICITÉ

Il était environ 6h30 du matin, vendredi 15 septembre, quand un assaillant, armé d’un couteau, s’est attaqué à un militaire de l’opération Sentinelle en patrouille dans la station de métro Châtelet à Paris.

L'homme a été rapidement maîtrisé par le soldat et il n'y a aucun blessé à déplorer.

Selon les premiers éléments de l'enquête, l'assaillant aurait tenu des propos faisant référence à Allah, a précisé une source policière.

L'individu n'était pas connu des services de police, a ajouté une source policière.

Le parquet antiterroriste a été saisi de l'enquête, a annoncé le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner.

Septième attaque contre la force Sentinelle

C'est la septième attaque contre des militaires de la force Sentinelle, mise en place dans le cadre du plan Vigipirate après les attentats de janvier 2015. La dernière en date a fait six blessés parmi un groupe de militaires percutés le 9 août par une voiture à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine).

Face aux attaques visant régulièrement des militaires de Sentinelle, le gouvernement a annoncé jeudi une "évolution" du dispositif, qui mobilise 7 000 militaires et 10 000 en cas de crise.

L'exécutif va "faire évoluer le dispositif Sentinelle" mais "il ne s'agit évidemment pas de (le) réduire", a affirmé le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb, lors du compte-rendu du Conseil des ministres. "Nous voulons le redéployer pour faire mieux face à la menace que nous rencontrons aujourd'hui", changer son mode d'organisation afin de gagner en mobilité, a-t-il détaillé.

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.