Accéder au contenu principal

Territoires palestiniens : le Hamas se dit prêt à la réconciliation avec le Fatah

Des cadets des brigades Ezzedine al-Qassam, bras armé du Hamas, défilent à Khan Yunis, dans la bande de Gaza, le 15 septembre 2017.
Des cadets des brigades Ezzedine al-Qassam, bras armé du Hamas, défilent à Khan Yunis, dans la bande de Gaza, le 15 septembre 2017. Saïd Khatib, AFP

Le Hamas a annoncé dimanche dans un communiqué être prêt à discuter de la formation d'un gouvernement de réconciliation avec ses rivaux du Fatah et à organiser des élections générales.

Publicité

Le mouvement islamiste palestinien du Hamas a annoncé dimanche 17 septembre, dans un communiqué, être prêt à discuter de la formation d'un gouvernement de réconciliation avec ses rivaux du Fatah et à organiser des élections générales.

L'analyse de Marie Semelin, correspondante de France 24 à Tel-Aviv

Le Hamas précise dans le texte qu'il restituera le pouvoir dans la bande Gaza au gouvernement d'union et que l'administration qu'il y a mise en place sera dissoute.

Le mouvement islamiste dirige la bande de Gaza depuis qu'il en a chassé l'Autorité palestinienne, contrôlée par le Fatah du président palestinien Mahmoud Abbas, en 2007.

Toutes les initiatives visant à réconcilier les deux groupes rivaux et à former un gouvernement d'union nationale ont échoué jusqu'à présent.

Perte de puissance du Hamas

Malgré sa victoire à Gaza, le Hamas a été affaibli par des blocus israélien et égyptien, trois années de guerre avec Israël et un isolement international renforcé depuis que ses relations avec l'Égypte se sont dégradées à la suite de la destitution du président Mohamed Morsi, en 2013.

Le Caire a cependant conservé un rôle de médiateur dans le conflit opposant le Hamas et le Fatah. Les principaux représentants du Hamas ont récemment été invités à se rendre en Égypte pour poursuivre les discussions de réconciliation.

Mahmoud Abbas, dirigeant du Fatah et  président de l'Autorité palestinienne, a, lui aussi, été invité à se rendre en Égypte la semaine dernière.

Avec Reuters et AP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.