Accéder au contenu principal
IRAK

La Cour suprême irakienne ordonne la suspension du référendum d'indépendance au Kurdistan

L'exécutif de la région autonome du Kurdistan irakien organise un référendum sur l'indépendance de la province le 25 septembre.
L'exécutif de la région autonome du Kurdistan irakien organise un référendum sur l'indépendance de la province le 25 septembre. Safin Hamed, AFP
3 mn

La Cour suprême irakienne a ordonné lundi la suspension du référendum d'indépendance prévu le 25 septembre dans la région du Kurdistan irakien, et auquel s'opposent Bagdad, Ankara et Washington.

Publicité

La Cour suprême irakienne, la plus haute instance judiciaire du pays, a ordonné lundi 18 septembre la suspension du référendum d'indépendance qui doit se tenir le 25 septembre dans le Kurdistan irakien, région autonome depuis 1991, jusqu'à ce qu'elle puisse examiner sa constitutionnalité.

"La Cour suprême a émis un ordre de suspendre la procédure d'organisation du référendum prévu le 25 septembre sur ordre de la présidence du Kurdistan, jusqu'à ce qu'elle examine les plaintes qu'elle a reçues, affirmant que cette consultation est anticonstitutionnelle", a affirmé la Cour dans un communiqué.

>> Référendum sur le Kurdistan irakien : "Nous n'avons pas de place dans ce pays artificiel"

Cette consultation populaire d'autodétermination, approuvée vendredi par le Parlement du Kurdistan irakien, est rejetée par le gouvernement et le Parlement irakiens, ainsi que par la Turquie et l’Iran voisins. Ces derniers redoutent qu'il galvanise les velléités séparatistes de leurs minorités kurdes.

De son côté, l'ONU a proposé d'aboutir d'ici trois ans à un accord entre Erbil et Bagdad, en échange d'un report du référendum. Mais le président kurde, Massoud Barzani, répète régulièrement qu'il ne renoncera à la consultation du 25 septembre que si lui sont soumises des "alternatives" plus intéressantes.

La Maison Blanche a appelé vendredi les Kurdes à renoncer à leur référendum "provocateur" et "déstabilisateur", réaffirmant que cette consultation serait une entrave à la lutte contre l’organisation jihadiste État islamique (EI).

De son côté, le chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian, qui prône un dialogue entre Bagdad et le Kurdistan irakien autonome, a jugé lundi la démarche référendaire inopportune. "Il y a dans la Constitution irakienne des éléments très importants sur l'autonomie. Ils doivent être respectés, validés et sécurisés, dans le cadre du dialogue entre Bagdad et le Kurdistan. Il nous semble que toute autre initiative serait inopportune", a déclaré le ministre en marge de l'Assemblée générale annuelle de l'ONU à New York.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.