Accéder au contenu principal

Bagdad lance une offensive près de Kirkouk contre un des derniers fiefs de l'EI en Irak

Un tank des forces irakiennes se dirigeant vers la localité de Sharqat, au sud-ouest de Hawija.
Un tank des forces irakiennes se dirigeant vers la localité de Sharqat, au sud-ouest de Hawija. Ahamd al-Rubaye, AFP

Les forces irakiennes ont débuté l'offensive à Hawija, près de Kirkouk, a annoncé Bagdad. Cette ville du Nord est l'une des dernières du pays encore aux mains du groupe jihadiste État islamique (EI).

Publicité

Le Premier ministre irakien, Haïder al-Abadi, a annoncé, jeudi 21 septembre, le début de l'offensive contre Hawija, l'un des deux derniers bastions du groupe État islamique (EI) dans le pays.

"À l'aube d'une nouvelle journée, nous annonçons le lancement de la première étape de la libération de Hawija, conformément à l'accomplissement de notre engagement envers notre peuple de libérer tout le territoire irakien et de le purger des gangs terroristes de ‘Daech’ [acronyme arabe de l'EI]", affirme Haïder al-Abadi dans un communiqué.

>> À voir sur France 24 : "Irak : les forces de l'armée irakienne et les peshmerga à l'assaut d'Hawija"

"Salut à toutes nos forces, qui livrent plusieurs batailles de libération en même temps et qui remportent victoire après victoire et celle-ci en sera une autre, avec l'aide de Dieu", a affirmé le Premier ministre irakien.

France 24

De violents bombardements d'artillerie étaient entendus jeudi matin et l'armée se dirigeait sur la localité de Sharqat, au sud-ouest de Hawija, a indiqué un journaliste de l'AFP sur place.

La région de Hawija, à 230 km au nord-est de Bagdad et 45 km de la ville pétrolière de Kirkouk, a été l'une des premières régions contrôlée par l'EI en 2014. La ville de plus de 70 000 habitants est peuplée dans son écrasante majorité d'Arabes sunnites issus d'influentes tribus.

Poudrière

Elle est considérée depuis plusieurs années comme une poudrière en raison des tensions entre communautés chiite et sunnite. En avril 2013, des forces de sécurité dominées par les chiites étaient intervenues contre un campement de militants antigouvernementaux majoritairement sunnites, faisant 50 morts. Ce drame s'inscrit dans un long cycle de violences qui a ensanglanté l'Irak, pour culminer avec la prise par l'EI de près d'un tiers du pays en 2014.

>> À voir sur France 24 : "24 heures à Erbil", reportage long-format au cœur du Kurdistan irakien qui rêve d’indépendance

La bataille pour la reconquête de Hawija intervient à l'approche du référendum sur l'indépendance du Kurdistan irakien, auquel la province de Kirkouk a décidé de participer, contre l'avis de Bagdad qui juge ce vote contraire à la Constitution irakienne.

La reprise de Hawija, longtemps retardée, ne laissera plus à l'EI qu'un seul fief en Irak : les villes d'al-Qaïm, Rawa et Anna, dans le désert oriental frontalier de la Syrie.

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.