Accéder au contenu principal

Il y a 75 millions d'années, même les dinosaures avaient du mal à tenir leur régime végétarien

Un parasaurolophus à l'exposition Jurassic World, Field Museum, Chicago.
Un parasaurolophus à l'exposition Jurassic World, Field Museum, Chicago. CHICAGO TRIBUNE/GETTY IMAGES

Et bon courage pour trouver un steak de tofu à cette période du Mésozoïque.

Publicité

Les végétariens ne le répéteront jamais assez : il est encore assez compliqué d'éviter complètement la viande. Non pas qu'une envie carnivore les réveille la nuit, mais simplement que, dans beaucoup de situations, l'option végétarienne n'est pas systématiquement proposée. Désormais, on sait que certains dinosaures herbivores avaient le même problème. 

VOIR AUSSI : Le chilesaurus, ce dinosaure végétarien qui fait avancer la science

En étudiant les excréments fossilisés de dinosaures appartenant à la race des hadrosauridés, ou "dinosaures à bec de canard", la paléontologue Karen Chin s'est rendue compte que des coquillages et autres crustacés se trouvaient dans l'échantillon, comme elle le rapporte dans une étude datée d'aujourd'hui vendredi 22 septembre. Or, les hadrosauridés sont supposés être herbivores car leurs machoires seraient idéalement décalées pour manger des plantes, et leurs dents trop rudimentaires pour s'attaquer à une nourriture plus coriace. 

On pourrait croire à une erreur d'inattention. Mais non, les dinosaures n'ont pas ingurgités par mégarde des crustacés : l'étude précise bien que les coquillages ingérés avaient une taille trop importante pour être mangés par inadvertance. Néanmoins, il est aussi précisé que les selles contenaient du bois pourri, et autres choses fort appétissantes. Ce qui semble montrer que ces dinosaures avaient franchement tendance à manger n'importe quoi.

La raison de cet écart inattendu est encore hypothétique, mais les chercheurs semblent penser qu'il est dû à des besoins supplémentaires en calcium et en protéines, ou qu'il survenait lorsque la végétation adéquate était insuffisante. Ceci dit, Karen Chin précise qu'il y a "beaucoup de choses que l'on ne connaît pas sur le comportement de ces animaux disparus". Le mystère reste entier. 

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.