Accéder au contenu principal
REVUE DE PRESSE

Crise au FN : "L'impossible existence des numéros deux"

France 24

Au menu de la revue de presse française ce vendredi, l'avenir très incertain du Front National et de Marine Le Pen après le départ fracassant du numéro 2 du parti, Florian Philippot, mais aussi les drôles de législatives en Allemagne, où Angela Merkel devrait être réélue malgré la montée de la précarité. La presse revient aussi sur la mobilisation tantôt "laborieuse", tantôt prometteuse, contre la réforme du travail par ordonnances.

PUBLICITÉ

"Le Pen-Philippot, l'extrême rupture." Le départ du vice-président du Front National occupe les gros titres de la presse française ce vendredi 22 septembre. À la une de L'Opinion, "cette extrême rupture" indique que ce départ survient dans un climat très tendu fragilisant une Marine Le Pen déjà affaiblie, même si "tous les deux ont sans doute beaucoup à perdre dans cette rupture". Le journal libéral revient sur un couple politique fusionnel qui n’a pas résisté au résultat de l’élection présidentielle. Après le départ de celui qui fut l’architecte de son ascension politique, Marine Le Pen est désormais "face à elle-même", titre Le Figaro dans son édito. "Saura-t-elle remettre de l’ordre dans sa maison ?", s’interroge le quotidien de droite. "Sa piètre prestation de l’entre-deux-tours présidentiel a entamé son crédit, sa capacité à exister dans le débat politique laissant le rôle de premier opposant à Jean-Luc Melenchon laisse songeur", poursuit Yves Tréard.

Le Front National serait ainsi promis à un avenir très incertain. Pour Le Figaro, "le départ de Florian Philippot aggrave la crise au FN". Le Huffington Post parle d’un parti qui menace de se replier sur lui-même. L’ancien vice-président deviendrait un "nouvel ennemi à l’extérieur du FN", lui qui connaît de l’intérieur tous les secrets du parti accumulés depuis 2011. Finalement, le débat lancinant sur la ligne idéologique du parti n’a pas été réglé. Le départ du gaulliste social devrait profiter au "retour des fondamentaux identitaires".

Florian Philippot a ainsi connu la fatalité des numéro deux, explique Mediapart. Pendant quarante cinq ans les Le Pen ont développé une gestion hypercentralisée du FN, où le numéro deux n’a pas de place pour exister. En 1998, Bruno Mégret en avait fait les frais car "il n’y a qu’un seul numéro au FN, c’est le numéro un !", lui avait rappelé Jean-Marie Le Pen.

Les législatives sans suspense en Allemagne occupent aussi la presse ce matin. Libération s’interroge : "Et à la fin, c’est Merkel qui gagne ?" Après douze ans au pouvoir, sa reconduction aura lieu malgré des inégalités galopantes et la montée de l’extrême droite.

Une chancelière issue de l'Allemagne de l’Est, mais qui aux yeux de nombreux habitants de l’ex-RDA n’a rien fait pour eux. Libération titre sur celle qui là-bas incarne la déception totale. La Croix s’intéresse à une élection aux enjeux européens et où tout est possible, tant le jeu des alliances reste ouvert à la veille du scrutin.

Libération revient aussi sur la "mobilisation laborieuse" contre la réforme du travail en France. Avec moitié moins de gens dans les rues que le 12 septembre, "l’espoir de faire plier le gouvernement s’amenuise". Pour Les Échos, l’État "pousse son avantage" mais attention à ne pas crier victoire trop vite : "Emmanuel Macron n’en a pas fini avec la Loi travail", prévient L'Humanité.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.