Accéder au contenu principal

Test d'un missile iranien : "Nous n'avons pas vraiment un accord", répond Trump

Le président américain Donald Trump, lors d'un meeting à Huntsville en Alabama, le 22 septembre 2017.
Le président américain Donald Trump, lors d'un meeting à Huntsville en Alabama, le 22 septembre 2017. Brendan Smialowski, AFP

Le nouveau test de missile par l'Iran remet en cause l'accord international avec Téhéran sur le nucléaire, a déclaré le président américain Donald Trump, qui a également accusé l'Iran de collusion avec la Corée du nord.

Publicité

Le président américain a réagi à l'essai balistique mené samedi 23 septembre par l'Iran, jugeant qu'il était la preuve de la faiblesse de l'accord sur le nucléaire iranien conclu en 2015 par son prédécesseur Barack Obama.

"L'Iran vient de tester un missile balistique capable d'atteindre Israël. Ils travaillent aussi avec la Corée du nord. Nous n'avons pas vraiment un accord !", a tweeté Donald Trump.

La réponse de Donald Trump à l'Iran sur Twitter

Téhéran avait annoncé plus tôt samedi avoir testé "avec succès" un nouveau missile d'une portée de 2 000 kilomètres. Cette portée permet en théorie d'atteindre Israël, l'ennemi juré de l'Iran, et les bases américaines dans la région.

Ce test intervient dans un climat très tendu entre l'Iran et les États-Unis, le président Donald Trump menaçant de sortir son pays de l'accord sur le nucléaire que Washington a signé en 2015 avec Téhéran conjointement avec l'Allemagne, la Chine, la France, la Grande-Bretagne et la Russie.

Les États-Unis, qui ont infligé en juillet des sanctions à six sociétés au cœur du programme de missiles balistiques iranien, jugent ces essais contraires à une résolution des Nations unies qui interdit à Téhéran tout test de missiles susceptibles de porter une charge nucléaire.

"Extrêmement préoccupée"

De son côté, la France s'est dite samedi soir "extrêmement préoccupée par le tir de missile balistique annoncé par l'Iran" et a demandé à la république islamique de "cesser toute activité déstabilisante dans la région".

Le Royaume-Uni a également fait part son inquiétude. "Très inquiet des informations (faisant état) d'un essai de missile de l'Iran, contraire à la résolution 2231 de l'ONU. J'appelle l'Iran à cesser les provocations", a déclaré sur Twitter le ministre britannique des Affaires étrangères, Boris Johnson.

La déclaration de Boris Johnson

Avec AFP et Reuters

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.