Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Maduro chez "Salt Bae" : un goût amer pour les Vénézuéliens

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Affaire Lamjarred : la star marocaine placée en détention

En savoir plus

LE DÉBAT

Plan "ma santé 2022" en France : urgences à l'hôpital ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Benoît Hamon : "Celui qui est en cause dans l'affaire Benalla, c'est Macron"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Benoît Hamon : "Je veux reconstruire la gauche"

En savoir plus

FOCUS

Invasion de sargasse au Mexique : désastre ou chance à saisir?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacques Audiard : "Depuis longtemps, j'avais envie de tourner avec des Américains"

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Voyage inoubliable sur le train du désert en Mauritanie et 300 kilomètres pour les plages de Tunisie

En savoir plus

L’invité du jour

Ghislaine Dehaene : "Il faut parler au bébé pour lui permettre de façonner son esprit"

En savoir plus

Découvertes

On ne doit plus dire "deep web", mais "Toile profonde"

© Brandi Thompson/EyeEm

Texte par Émilie LAYSTARY

Dernière modification : 12/09/2018

Oui, même si ça sonne un peu comme un nom de scène de pornstar des temps modernes.

Roulement de tambour et soufflement de cors. Nous venons d'apprendre, entre la biscotte et le café, et ce grâce à une missive du Journal officiel, qu'il ne fallait plus dire "dark net" mais "Internet clandestin". Pour évoquer le "deep web", il sera également de bon ton de dire "Toile profonde". Voilà deux exemples de nouveau "vocabulaire de l'informatique et de l'Internet" francisé.

VOIR AUSSI : Le "darknet", le retour du coupable idéal en matière de terrorisme

Ce n'est pas tout. Dans nos contrées, le "data scientist" devra plutôt être nommé "expert en mégadonnées". Quant au "responsive design", il sera plutôt appelé "interface adaptative".

Un peu moins étonnant, le "web mail" devient le "portail de messagerie".

Voilà qui fera plaisir à notre ami, que dis-je, l'ami de tous les journalistes, ce grand défenseur de la langue française et "chasseur inlassable des sites non conformes à la législation en ce qui concerne particulièrement la double traduction", comme le décrit si justement l'association de défense de la langue française. Oui, j'en place une pour Daniel de Poli, qui nous avait déjà écrit pour nous suggérer de parler de "chaînes de bloc" plutôt que de blockchain et de "jeune pousse" plutôt que de "startup".

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Première publication : 12/09/2018