Accéder au contenu principal

Wall Street ouvre en hausse avant un discours de la présidente de la Fed

3 mn
Publicité

New York (AFP)

La Bourse de New York a débuté la séance dans le vert mardi, surveillant une série d'interventions de responsables de banques centrales, dont la présidente de la Réserve fédérale américaine (Fed), Janet Yellen, et le secteur technologique: le Dow Jones prenait 0,30% et le Nasdaq 0,49%.

Vers 13H40 GMT, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average montait de 66,73 points, à 22.362,82 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, gagnait 31,06 points, à 6.401,66 points.

L'indice élargi S&P 500 s'appréciait de 0,25%, ou 6,25 points, à 2.502,91 points.

Wall Street avait terminé en net repli lundi, sous la pression d'un accès de faiblesse de grands noms de la cote comme Apple et Facebook et du regain de tensions avec la Corée du Nord: le Dow Jones Industrial Average avait cédé 0,24% et le Nasdaq, à forte coloration technologique, 0,88%.

Mardi, "l'attention des investisseurs sera retenue par une série de discours de banquiers centraux européens et américains, culminant avec la présidente de la Fed, Janet Yellen, qui parlera des +perspectives de croissance dans une économie mondiale qui se transforme+ et aura ainsi une opportunité de réaffirmer la tendance vers un durcissement de la politique monétaire affichée dans les annonces effectuées la semaine dernière", ont avancé les analystes d'Accendo Markets.

L'économiste en chef de la Banque centrale européenne doit aussi s'exprimer dans la journée ainsi que la gouverneure de la Fed, Lael Brainard, et les présidents des antennes d'Atlanta, Raphael Bostic, et de Cleveland, Loretta Mester.

Sur le front des indicateurs, les prix des logements aux Etats-Unis ont accéléré leur hausse en juillet, selon l'enquête Case Shiller. Plus tard dans la séance seront diffusés les chiffres sur la confiance des consommateurs et sur les ventes de logements neufs.

Les tensions entre Washington et Pyongyang restaient aussi à l'esprit des investisseurs.

Toutefois le fait qu'après des déclarations tonitruantes de la part des dirigeants américains et nord-coréens lundi, "le secteur des technologies ait terminé bien au-dessus du niveau auquel il était descendu en cours de séance, que le S&P 500 n'ait clôturé qu'en baisse de 0,2% et que les indices Russell 2000 et S&P Midcap 400 (représentant des sociétés de petites et moyennes capitalisations, NDLR) aient fini en hausse montre bien que les gros titres sur la Corée du Nord ont plus servi d'excuse pour retirer un peu d'argent de la table que de véritable raison de se retirer du marché actions", a souligné Patrick O'Hare, de Briefing.

Le marché obligataire reculait: signe d'un moindre intérêt, le rendement des bons du Trésor américain à 10 ans progressait à 2,235%, contre 2,220% lundi soir, et celui des bons à 30 ans à 2,777%, contre 2,762% à la précédente clôture.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.