Accéder au contenu principal

La Russie et les États-Unis vont construire ensemble une station spatiale autour de la Lune

NASA

Les deux grandes puissances continueront la conquête de l'espace ensemble, en s'associant pour le projet Deep Space Gateway qui vise à assembler une station spatiale semblable à l'ISS, mais en orbite autour de la Lune.

Publicité

La Russie et les États-Unis vont coopérer pour construire une station spatiale autour de notre satellite naturel, la Lune. Les agences spatiales des deux pays (Roscosmos et la NASA) vont donc s'associer pour cet immense projet, malgré les tensions politiques actuelles.

VOIR AUSSI : Ces photos de l'espace récompensées en 2017 sont époustouflantes, comme chaque année

Cette base servirait d'abord à réaliser des missions scientifiques sur la Lune et sur des astéroïdes à proximité. Mais le but ultime de la NASA est de l'utiliser comme avant-poste lors de voyages vers la planète Mars et l'espace profond. La station servirait ainsi de sorte de relai pour les astronautes et les équipements avant qu'ils s'élancent au plus profond de la Voix lactée. Nommé "Deep Space Gateway", le projet avait déjà été annoncé par la NASA en mars dernier. Mais il pourra désormais compter sur de nouveaux partenaires. La Russie a révélé sa participation lors du Congrès international de l'astronomie, assurant que d'autres pays devraient bientôt faire de même. 

La construction démarre dès 2020

La NASA a affirmé que la construction de Deep Space Gateway démarrerait dès 2020 et que les premiers modules seraient prêt en 2024. Ils pourraient s'inspirer du design de machines russes dans certaines parties de la station spatiale. Igor Lisov, éditeur à Space News a confié à l'AFP, suite à la signature de l'accord : "C'est mieux de voler ensemble que de réfléchir à qui gagnera la course", faisant ainsi référence aux tensions entre les deux pays lors de la Guerre froide, notamment illustrées par la course à la conquête spatiale.

Les agences spatiales japonaise, européenne et canadienne font déjà partie du projet. L'agence spatiale Roscosmos a laissé entendre que l'Inde et la Chine pourraient rejoindre le projet.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.