Accéder au contenu principal

Catalogne : interventions de la police espagnole pour bloquer la tenue du référendum

Des pompiers tentent de contenir un groupe d'électeurs face à la Garde civile à l'extérieur d'un bureau de vote à San Julia de Ramis, le 1er octobre.
Des pompiers tentent de contenir un groupe d'électeurs face à la Garde civile à l'extérieur d'un bureau de vote à San Julia de Ramis, le 1er octobre. Lluis Gene / AFP

La police a tiré dimanche des balles en caoutchouc devant plusieurs bureaux de vote, alors que des milliers de Catalans espèrent participer au référendum d'autodétermination interdit par Madrid. Internet a été coupé dans plusieurs bureaux.

Publicité

C’est sans doute l’un des plus grands défis au pouvoir central espagnol depuis 40 ans. Dès l'aube, dimanche 1er octobre, des milliers de Catalans étaient massés devant des écoles, collèges ou centres de sports transformés en bureaux de vote pour participer au référendum d'autodétermination illégal que Madrid a promis d'empêcher.

Dix mille policiers supplémentaires ont été déployés dans la région et des renforts de la garde civile sont arrivés tôt dimanche matin à Barcelone. Le vote doit se terminer à 20 h (18 h GMT).

"La police nationale fait le tour des bureaux de vote pour détruire le matériel électoral", raconte Ségolène Allemandou, envoyée spéciale de France 24 à Barcelone. À l'école Ramon Llull, des balles en caoutchouc ont été tirées sur les personnes qui attendaient pour voter à l'extérieur, précise-t-elle.

Les services d'urgence de Catalogne ont annoncé avoir soigné 38 personnes blessées dans des interventions de la police pour empêcher la tenue du scrutin.

Le président de l'exécutif catalan Carles Puigdemont a dénoncé dimanche la "violence injustifiée" dont a fait usage la police nationale à Barcelone pour disperser des manifestants.

Sur Twitter, la maire de Barcelone Ada Colau a quant à elle appelé à la démission du Premier ministre espagnol Mariano Rajoy.

À Gérone, les policiers anti-émeutes sont entrés de force dimanche matin dans le bureau où devait voter le président indépendantiste de Catalogne, Carles Puigdemont. Celui-ci a pu néanmoins voter à quelques kilomètres de là, à Cornella del Terri.

À Barcelone, certains assesseurs bénévoles ont indiqué qu’ils ne pouvaient pas accéder aux listes électorales car le site web qui les héberge ne fonctionne plus. Ils affirment également que le réseau Internet a été coupé dans certains bureaux de vote.

Réaction de Madrid

Le représentant de l'État en Catalogne a dénoncé l'attitude de la police régionale catalane, qui n'est pas intervenue pour faire fermer les bureaux de vote qui devaient servir à l'organisation de la consultation.

"Les policiers catalans avaient reçu l'ordre d'empêcher la tenue du référendum illégal et devaient éviter que les centres ouvrent, mais malheureusement cela n'a pas été le cas", a affirmé le préfet Enric Millo, en dénonçant aussi "l'immense irresponsabilité" des dirigeants catalans.

Un Barcelonais raconte le démantèlement du bureau de vote où il souhaitait voter

Si la police nationale a saisi des urnes dans plusieurs bureaux de vote dimanche matin, le gouvernement régional catalan continue d'assurer être en mesure d'organiser comme prévu cette consultation.

"En Catalogne nous en sommes au stade où nous pensons qu'il est essentiel de décider si nous voulons continuer à rester dans l'État espagnol", déclarait à l'AFP Pau Valls, âgé de 18 ans et étudiant en philosophie.

Comme beaucoup d'autres, lui avait décidé de camper dès la veille devant le collège Jaume Balmes, l'un des 2 300 que l'exécutif catalan assure avoir mis en place pour permettre à 5,3 millions de Catalans de s'exprimer.

Des votants en Catalogne : "Notre mouvement est pacifiste"

Le 6 septembre, les indépendantistes, majoritaires en Catalogne depuis septembre 2015, ont convoqué ce référendum, malgré l'interdiction de la Cour constitutionnelle et l'absence de consensus au sein de la société catalane.

>> À lire sur France 24 : "Bataille de communication sur le référendum : Catalogne 1- Madrid 0 "

La région, où l'indépendantisme gagne du terrain depuis le début des années 2010, est en effet divisée presque à parts égales sur l'indépendance. Mais les Catalans souhaitent majoritairement, à plus de 70 %, un référendum d'autodétermination légal et accordé avec l'État.

Depuis le 6 septembre, ni les poursuites judiciaires ni les arrestations ou perquisitions n'ont donc dissuadé les Catalans, qui représentent 16 % des habitants du pays, d'organiser le scrutin interdit.

"La Catalogne c'est l'Espagne"

Les conséquences d'une sécession de cette région, qui compte pour 19 % du PIB du pays, au cœur de l'Europe, grande comme la Belgique, sont incalculables, comme celles du Brexit déclenché lui aussi par un référendum, en juin 2016.

Elles inquiètent beaucoup d'Espagnols qui sont pour la première fois descendus dans la rue par milliers samedi pour protester contre le référendum jugé non représentatif. "Catalonia is Spain" (La Catalogne, c'est l'Espagne), lisait-on sur certaines des pancartes qu'ils exhibaient.

Anti -référendum en Catalogne : "Ce vote est illégal"

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.