Accéder au contenu principal

"Le bordel" des ouvriers de GM&S, la petite phrase de Macron qui ne passe pas

Des salariés et ex-salariés de GM&S manifestent, mercredi 4 octobre 2017, à l'occasion de la venue d'Emmanuel Macron à Egletons.
Des salariés et ex-salariés de GM&S manifestent, mercredi 4 octobre 2017, à l'occasion de la venue d'Emmanuel Macron à Egletons. Pascal Lachenaud, AFP

Emmanuel Macron a provoqué une nouvelle polémique mercredi en estimant que certains manifestants, d'anciens employés licenciés de l'usine GM&S, "au lieu de foutre le bordel", devraient plutôt postuler dans l'entreprise de fonderie d'Ussel.

PUBLICITÉ

Nouvelle polémique pour Emmanuel Macron. Après sa sortie sur les "fainéants" en septembre, le président de la République a de nouveau tenu, mercredi 4 octobre, des propos qui ont suscité de vives réactions chez ses opposants.

Le chef de l'État se déplaçait à Égletons, en Corrèze, mercredi pour lancer le chantier de sa réforme de la formation et de l'apprentissage. Un déplacement perturbé par un rassemblement de salariés et ex-employés licenciés de l'équipementier automobile GM&S, qui se sont heurtés aux forces de l'ordre.

"Certains, au lieu de foutre le bordel, feraient mieux d'aller regarder s'ils ne peuvent pas avoir des postes là-bas, parce qu'il y en a qui ont les qualifications pour le faire et ce n'est pas loin de chez eux", a estimé Emmanuel Macron, au cours d'un aparté avec le président de la région Nouvelle Aquitaine, Alain Rousset, qui venait d'évoquer les difficultés à recruter d'une entreprise de fonderie d'Ussel (Corrèze).

"Après 'les gens qui ne sont rien' et 'les fainéants', E. Macron récidive avec 'y'en a certains qui au lieu de foutre le bordel...'", a tweeté le Parti socialiste, en appelant "le président de la République à rester maître de son langage et à respecter les Français".

Rachid Temal, porte-parole du PS et sénateur du Val-d'Oise, s'est interrogé : "C'est quoi le problème de Macron avec les gens qui ne paient pas l'ISF ?".

Macron accusé de mépriser les classes populaires

"Macron en Corrèze chez Chirac et Hollande pour insulter les ouvriers. Le vrai bordel, ce sont ses ordonnances", a renchéri son collègue sénateur socialiste Luc Carvounas, tandis qu'Oliver Faure, chef de file des députés socialistes à l'Assemblée nationale, a pointé "le mépris social pour les ‘illettrées’, les ‘fainéants’ et les ‘riens’, et ‘en même temps’ la compassion fiscale pour les grandes fortunes".

Chez La France insoumise, le député du Nord Adrien Quatennens a estimé que "’Chercher du boulot’, Macron ne sait pas ce que c'est. Le ‘bordel’, c'est lui !".

Valérie Boyer, porte-parole des Républicains et députée des Bouches-du-Rhône, a également dénoncé le "mépris" du chef de l'État "pour les Français".

Face à la polémique naissante, le porte-parole de l'Élysée, Bruno Roger-Petit, a déploré une "citation tronquée sortie de son contexte". "Emmanuel Macron a rappelé que la recherche de solutions en matière d'emploi dépend de la responsabilité de tous les acteurs", a-t-il tweeté, avant de publier la vidéo de "la vraie citation" censée prouver, selon lui, qu'il n'y avait pas matière à polémique.

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.