Accéder au contenu principal

Crise en Catalogne : manifestation anti-indépendantiste à Barcelone

Plusieurs milliers d'Espagnols ont manifesté à Barcelone pour l'unité de l'Espagne, le 8 octobre 2017.
Plusieurs milliers d'Espagnols ont manifesté à Barcelone pour l'unité de l'Espagne, le 8 octobre 2017. Pau Barrena, AFP

Une semaine après la victoire du oui au référendum sur l'autodétermination catalane, une nouvelle grande manifestation s'est tenue, dimanche, à Barcelone, où plusieurs centaines de milliers d'opposants à l'indépendance se sont rassemblés.

PUBLICITÉ

Des centaines de milliers d'Espagnols hostiles à l'indépendance de la Catalogne ont envahi, dimanche 8 octobre, les rues de Barcelone, une semaine jour pour jour après le référendum controversé d'autodétermination de la région. Ils étaient 350 000 selon la police municipale et entre 930 000 et 950 000 selon les organisateurs.

Les banderoles brandies par les manifestants proclament que "La Catalogne, c'est l'Espagne" ou "Ensemble nous sommes plus forts".

Grab envoyée spéciale Barcelone 12h00

Se présentant comme la "majorité silencieuse" qui n'a pas eu voix au chapitre depuis que les autorités indépendantistes ont organisé le scrutin, ils répondaient à l'appel de la Société civile catalane, un collectif anti-indépendantiste dont le mot d'ordre est "Ça suffit ! Retrouvons la sagesse". Le rassemblement était soutenu par le Parti conservateur de Mariano Rajoy, le Parti socialiste catalan et Ciudadanos, principale force d'opposition aux indépendantistes en Catalogne.

Dans la foule, de très nombreuses personnes avaient fait le trajet depuis d'autres régions d'Espagne, y compris de Madrid où deux manifestations avaient déjà rassemblé samedi des dizaines de milliers d'Espagnols, l'une pour "l'unité" de l'Espagne, l'autre pour le "dialogue" entre les Catalans et le reste du pays.

>> À lire : Une policière catalane raconte "la dérive séparatiste des mossos"

"Nous ne voulons pas d'indépendance. Nous nous taisons depuis trop longtemps"

Estimant l'avoir emporté avec 90,18 % de oui à l'indépendance, les séparatistes menacent de faire sécession dans les jours qui viennent. "Nous ne voulons pas d'indépendance. Nous nous taisons depuis trop longtemps", expliquait au contraire Alejandro Marcos, peintre en bâtiment de 44 ans venu de Badalona, en banlieue de Barcelone. Car, selon les sondages, si la majorité des Catalans réclament un référendum en bonne et due forme, un peu plus de la moitié sont opposés à l'indépendance de leur région.

Prochaine échéance de taille dans cette crise politique majeure en Espagne, le président de l'exécutif autonome catalan, Carles Puigdemont, doit prendre la parole mardi devant le Parlement régional. Il pourrait proclamer unilatéralement l'indépendance de la Catalogne en s'appuyant sur les résultats du référendum du 1er octobre.

De son côté, dans un entretien accordé au quotidien El Pais, le président du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy, a réagi dimanche en annonçant que Madrid pourrait utiliser les pouvoirs que lui confère la Constitution pour suspendre l'autonomie de la région et l'empêcher de se séparer de l'Espagne.

Dans la soirée, il  a apporté son soutien aux manifestants dans un tweet, . "Nous préserverons l'unité de l'Espagne. Vous n'êtes pas seuls", a-t-il écrit.

>> À lire : "Les indépendantistes, un mouvement aux voix discordantes"

Avec AFP et Reuters

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.