Accéder au contenu principal
PROCHE-ORIENT

Des milliers d'Israéliennes et Palestiniennes marchent pour "exiger un accord de paix"

Des militantes du mouvement Women Wage Peace, dimanche 8 octobre, dans les rues de Jérusalem.
Des militantes du mouvement Women Wage Peace, dimanche 8 octobre, dans les rues de Jérusalem. Menahem Kahana, AFP
4 mn

À l'appel du mouvement Women Wage Peace, des milliers de Palestiniennes et Israéliennes ont terminé, dimanche, une grande marche de deux semaines à travers Israël et la Cisjordanie pour exiger un accord de paix.

Publicité

Main dans la main, elles marchent pour exiger un "accord de paix". Des milliers d’Israéliennes et Palestiniennes ont terminé, dimanche 8 octobre à Jérusalem, une marche pour la paix de deux semaines à travers Israël et la Cisjordanie pour demander la paix entre Israéliens et Palestiniens.

>> À lire : "Vingt ans après, que reste-t-il des accords d'Oslo ?"

Le mouvement Women Wage Peace (Les femmes font la paix) a organisé cette marche afin de "faire entendre la voix de ces dizaines de milliers de femmes israéliennes juives et arabes, de gauche, centre et droite et de leurs partenaires palestiniennes, qui, main dans la main, ont pris ensemble cette route de la paix", explique l'une des organisatrices Marie-Lyne Smadja.

"Nous avons besoin de créer un (vivre)"ensemble"

Les femmes se sont rendues dans des villes juives et arabes d'Israël ainsi qu'en Cisjordanie occupée, où une rencontre s'est déroulée en présence de dizaines de femmes palestiniennes et de femmes vivant dans des colonies. "Nous avons besoin de créer un (vivre) 'ensemble' afin de pouvoir construire la paix que nous voulons tous", affirme à l'AFP Michal Frouman, une mère de famille vivant dans la colonie de Tekoa, en Cisjordanie.

La jeune femme, qui a été poignardée en janvier 2016 par un Palestinien, alors qu'elle attendait son 5e enfant veut "croire en la paix". "En tant que femme religieuse, je dis que ne pas croire en la paix, c'est ne pas croire en Dieu", déclare-t-elle.

Pour l'organisatrice Huda Abuarquob, une Palestinienne de Hébron, "cette marche n'est pas une manifestation de plus, mais le moyen de dire que nous voulons la paix et qu'ensemble, nous pouvons l'obtenir".

Plus de 25 000 militantes se sont inscrites sur le site de l'association, une réussite pour Orna Ashkenazy, 60 ans, une des fondatrices du mouvement qui est convaincue que "trois ans après sa création, Women Wage Peace ne peut plus être ignoré".

>> À voir : "Gaza : la vie quotidienne sous le blocus"

"On ne s'arrête pas"

Parmi les personnalités israéliennes qui ont soutenu ou participé à cette marche figurent des députés de l'opposition, mais aussi de la coalition de droite, ainsi que des artistes et écrivains.

Le mouvement, qui voulait créer dimanche un Parlement de femmes palestiniennes et israéliennes, se fixe comme objectif de rappeler aux dirigeants palestiniens et israéliens que les accords de paix doivent être une priorité, selon Marie-Lyne Smadja. "Les femmes israéliennes veulent empêcher une prochaine guerre (...) et tenter le plus rapidement possible d'arriver à un accord entre Israéliens et Palestiniens", a-t-elle ajouté. Plusieurs milliers de femmes, essentiellement israéliennes, sont arrivées en fin d'après-midi à Jérusalem, la plupart habillées en blanc, brandissant des pancartes demandant un accord de paix.

"On ne s'arrête pas tant qu'il n'y a pas d'accord de paix", pouvait-on lire notamment sur leurs pancartes. "Les hommes qui ont le pouvoir ne croient qu'à la guerre, mais par la force des femmes, nous pouvons apporter autre chose, quelque chose de neuf", affirme à l'AFP Amira Zidan, une mère de famille arabe israélienne qui fait partie des fondatrices de Women Wage Peace.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.