Accéder au contenu principal

Liberia : les électeurs en masse aux urnes pour la présidentielle

Une Libérienne montrant sa carte d'électeur, le 10 cotobre 2017, à Monrovia.
Une Libérienne montrant sa carte d'électeur, le 10 cotobre 2017, à Monrovia. Issouf Sanogo, AFP

Les électeurs libériens se sont massivement déplacés mardi pour désigner le nouveau chef de l'État, alors que le mandat d'Ellen Johnson Sirleaf touche à sa fin. De longues files d'attente ont été observées jusque tard dans la nuit.

PUBLICITÉ

Les Libériens se sont massivement mobilisés, mardi 11 octobre, pour désigner le successeur d'Ellen Johnson Sirleaf, première femme élue chef d'État en Afrique, dans un scrutin présidentiel très ouvert. "Pour la première fois depuis 73 ans, le pouvoir va être transmis démocratiquement et pacifiquement", a expliqué Patrick Fandio, correspondant France 24, à Monrovia.

>> À lire sur France 24 : "Présidentielle au Liberia : les favoris pour succéder à Ellen Johnson Sirleaf"

Il n’en fallait pas plus pour que "des centaines de milliers d’électeurs se pressent dans les bureaux de vote du pays où l’on pouvait encore voir, quelques heures au milieu de la nuit, de longues files d’attente", a constaté le journaliste de France 24.

"Je dirais que la participation a été très forte", a déclaré sans donner de chiffres, le président de la Commission électorale (NEC), Jerome Korkoya. En 2011, au premier tour de la précédente présidentielle, le taux de participation avait atteint 71,6 %.

L'attente des résultats

Certains problèmes d’organisation ont été constatés, provoquant des mouvements de contestation. Le scrutin pourrait même reprendre dans certains endroits du pays "pour répondre à la colère de nombreux citoyens qui n’ont pas pu accomplir leur devoir de citoyen", ajoute le correspondant.

Les premiers résultats étaient attendus dans les 48 heures, mais pourraient commencer à être connus dès mercredi après-midi, selon un responsable électoral. "On ne sait toutefois pas si la commission électorale va réussir à maintenir ce délai", affirme, en outre, Patrick Fandio.

Parmi les favoris figurent le sénateur George Weah, légende du football africain – battu par Ellen Johnson Sirleaf au second tour en 2005, puis comme candidat à la vice-présidence en 2011 –, le vice-président Joseph Boakai, l'avocat et vétéran de la politique Charles Brumskine et les puissants hommes d'affaires Benoni Urey et Alexander Cummings.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.