Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

"Les plus pauvres paient pour satisfaire les préférences politiques des plus riches"

En savoir plus

FOCUS

Royaume-Uni : le Parti travailliste accusé d'antisémitisme

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Dans les coulisses du Moulin Rouge

En savoir plus

L’invité du jour

Sobel Aziz Ngom : "Si chacun fait sa part, à sa manière, on pourra équilibrer ce qu'on a en commun"

En savoir plus

BILLET RETOUR

Billet retour en Ouganda : que reste-t-il d'Idi Amin Dada ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Shinzo Abe, la passe de trois

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Les appartements fantômes de Caracas

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Theresa May humiliée"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Congo-Brazaville : un opposant menacé de mort en France

En savoir plus

Afrique

La Cour suprême sud-africaine autorise des poursuites contre Jacob Zuma

© Wu Hong, AFP | Jacob Zuma, le président sud-africain, risque la réouverture d'un dossier de corruption vieux d'une dizaine d'années.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 13/10/2017

La justice sud-africaine a rejeté vendredi l'appel du président Jacob Zuma, permettant ainsi la réouverture d'accusations de corruption à son encontre. Le parquet doit maintenant décider s'il va poursuivre le chef d'État.

Jacob Zuma risque à nouveau de voir la justice se pencher sur son cas. La Cour suprême d'Afrique du Sud a rejeté vendredi 13 octobre l'appel du président contre la décision de relancer des accusations à son encontre, liées à une vente d'armes.

Le chef d'État fait l'objet de 783 inculpations dont des soupçons de corruption, fraude fiscale et extorsion de fonds. Il était accusé d'avoir touché des pots-de-vin pour un contrat d'armement de 4,2 milliards d'euros signé en 1999 avec plusieurs entreprises européennes, alors qu'il était vice-président du pays.

>> À lire : échec de la motion de censure contre Zuma

Des poursuites "motivées politiquement"

Mais en 2009, quand Jacob Zuma est devenu président, le parquet a abandonné les poursuites, trop "motivées politiquement" selon lui. Depuis, le parti d'opposition de l'Alliance démocratique (DA) tente de faire rouvrir le dossier.

En 2016, une nouvelle décision de justice a qualifié d'"irrationnel" l'abandon des poursuites par le parquet en 2009. C'est de cette décision que le président sud-africain a fait appel – aux côtés du parquet général, qui ne souhaite pas relancer les poursuites.

Si le dossier n'est pas rouvert par le parquet, le président sud-africain, englué dans une série de scandales politico-financiers depuis plusieurs mois, pourra aller au bout de son deuxième et dernier mandat présidentiel en 2019.

"C'est la plus grosse affaire de corruption qui touche Jacob Zuma"

Avec AFP

Première publication : 13/10/2017

  • AFRIQUE DU SUD

    Afrique du Sud : l'opposition à nouveau dans la rue pour réclamer le départ du président Zuma

    En savoir plus

  • AFRIQUE DU SUD

    Afrique du Sud : échec de la motion de censure contre Zuma

    En savoir plus

  • AFRIQUE DU SUD

    Le président sud-africain dénonce la corruption et les "erreurs" de son parti

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)