Accéder au contenu principal

Syrie : Mayadine reprise à l'EI, Raqqa sur le point d'être libérée

Un combattant des Forces démocratiques syriennes surveillant le front ouest de Raqqa le 7 octobre.
Un combattant des Forces démocratiques syriennes surveillant le front ouest de Raqqa le 7 octobre. Bulent Kilic, AFP

Les forces armées syriennes ont repris, samedi, aux combattants du groupe État islamique le contrôle de la ville de Mayadine, dans l'est du pays. La ville de Raqqa, dans le centre, serait, elle, sur le point de d'être libérée.

Publicité

L’organisation État islamique (EI) est plus que jamais acculée en Syrie. Samedi 14 octobre, les forces armées syriennes ont repris le contrôle de la ville de Mayadine aux combattants jihadistes, tandis que Raqqa, fief historique de l'EI, serait en passe de tomber, selon les milices kurdes sur place.

À Mayadine qui se situe sur les bords de l'Euphrate, non loin de la frontière irakienne, les jihadistes ont connu un "effondrement" dans leurs rangs, a précisé une source militaire. L'offensive au sol des forces gouvernementales a été menée avec l'appui de l'aviation russe.

En juin 2017, des responsables des services de renseignement américains avaient rapporté que l'EI avait transféré vers Mayadine une grande partie de ses structures de commandement et de propagande qui étaient établies à Raqqa.

La chute de Raqqa serait imminente

La ville de Raqqa, dernier grand bastion urbain de l’EI, serait justement sur le point de tomber, ont annoncé, samedi, les Unités de protection de peuple (YPG), les milices kurdes participant à l'offensive contre cette agglomération.

Dans la ville, une centaine de jihadistes du groupe État islamique se sont rendus, a annoncé samedi la coalition internationale conduite par Washington. Samedi soir, la confusion régnait concernant un possible accord concernant l'évacuation les combattants étrangers de l'EI, et non plus les seuls combattants syriens du groupe.

Le Conseil civil de Raqqa, appelé à prendre le contrôle de la ville une fois les combats terminés, est chargée de mener, avec des figures tribales, les négociations qui devaient permettre la reprise totale de Raqqa aux jihadistes, et l'évacuation des civils, parfois utilisés comme boucliers humains. Quelque 1 500 civils ont déjà pu fuir Raqqa cette semaine en vertu d'une trêve tacite accompagnant ces discussions, selon la coalition, qui a évalué jeudi à environ 4 000 le nombre de civils encore présents à Raqqa.

Avec AFP et Reuters

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.