Accéder au contenu principal

Après les attentats, la police réprime violemment une manifestation à Mogadiscio

Des manifestants devant le lieu de l'attentat, le 15 octobre 2017.
Des manifestants devant le lieu de l'attentat, le 15 octobre 2017. Mohamed Abdiwahab, AFP

Des manifestants ont tenté de se rassembler sur les lieux de l'attentat qui a tué plus de 300 personnes samedi à Mogadiscio. La police somalienne a violemment réprimé la manifestation, faisant trois blessés, avant de finalement l’autoriser.

Publicité

La situation reste tendue à Mogadiscio. La police somalienne a tiré mercredi 18 octobre sur des manifestants qui tentaient d'accéder au site de l'attentat au camion piégé qui a tué plus de 300 personnes samedi dans la capitale.

Selon des témoins et des membres des services de secours, les forces de sécurité ont d'abord tenté d'interdire l'accès des manifestants au site de l'attentat avant de faire usage de leurs armes, faisant trois blessés.

"Des balles tirées par la police"

Le directeur des services ambulanciers a précisé qu'une femme enceinte faisait partie des personnes qui avaient été évacuées.

"Les deux autres étaient également des manifestants.Ils ont été blessés par des balles tirées par la police qui voulait disperser les manifestants qui tentaient d'accéder de force au site de l'attentat", a-t-il dit.

La police a finalement autorisé des milliers de personnes à se rassembler sur place.

Avec Reuters

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.