Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

MHD, le phénomène rap

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Donald Trump se fait l'avocat de Brett Kavanaugh

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Guerre en Syrie - Idleb : accord Moscou-Ankara pour une "zone démilitarisée"

En savoir plus

TECH 24

Hacker les humains

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget 2019 : quels sacrifices ?

En savoir plus

REPORTERS

Colombie : au Catatumbo, "les damnés de la coca"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le tournant ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des arts de Tiken Jah Fakoly

En savoir plus

#ActuElles

Maroc : les droits des femmes encore à conquérir

En savoir plus

SPORT

Maud Le Car : "Les JO, un énorme tremplin pour le surf"

© Monster Energy | Maud Le Car, finaliste du Pro Anglet, le 25 août 2017.

Texte par Cassandre TOUSSAINT

Dernière modification : 18/10/2017

En 2020, à Tokyo, le surf va entrer aux JO. La surfeuse française Maud Le Car espère bien faire partie de l’aventure. Elle s’est confiée à France  24 sur sa détermination, sa vie dans l’océan, qu’elle allie à son autre passion... la peinture.

"Même si la route paraît longue, ceux qui sont déterminés n’abandonnent jamais". Du haut de ses 25 ans, Maud Le Car est déjà une sportive aguerrie. La surfeuse française, originaire de l’île de Saint-Martin, dans les Antilles, évolue actuellement sur le circuit QS, antichambre de l’élite, qu’elle espère rejoindre au plus vite.

"Dans le surf, ceux qui sont déterminés n’abandonnent jamais"

En pleine progression, elle multiplie les compétitions aux quatre coins du monde, pour "performer et pouvoir ‘lâcher‘ [son] surf’. La jeune femme a également en ligne de mire les Jeux olympiques 2020, à Tokyo, où le surf fera pour la première fois son apparition. "Un énorme tremplin, quelque chose d’énorme pour le surf !", s’enthousiasme-t-elle.

Et quand elle ne voyage pas, Maud Le Car, qui vit et s’entraîne dans le Sud-Ouest de la France, s’adonne à son autre passion, le dessin. Outre les toiles classiques, elle utilise aussi comme support…des planches de surf, qu’elle personnalise. Et afin d’allier l’utile à l’agréable, elle a lancé avec son sponsor une opération pour récolter des fonds, en vendant l’une des planches qu’elle a dessinée et aider l’association "Project rescue ocean", qui protège l’environnement et en particulier les océans. Logique pour celle qui "passe [ses] journées à profiter des vagues".

Première publication : 18/10/2017

  • BMX

    Vidéo : pour Matthias Dandois, le BMX doit rester un sport "urbain et fun" !

    En savoir plus

  • AUSTRALIE

    Réfugiés en Australie : l'intégration par le surf

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)