Accéder au contenu principal

À Londres, visage et paume de main remplaceront bientôt le ticket de métro

Bloomberg / Getty Images

Pour fluidifier les trajets en métro, Londres souhaite mettre en place un système de portique faisant l'économie de tickets ou de carte à puce dès 2018. Au programme, reconnaissance faciale et analyse des veines palmaires.

PUBLICITÉ

Parce qu'il transporte 4,8 millions d'usagers chaque jour, le métro londonien est particulièrement connu pour son trafic dense. En 2016 déjà, une expérimentation avait été conduite afin de tenter de fluidifier les allées et venues des usagers. On leur avait alors demandé de ne plus marcher dans les escalators, à la suite de la publication d'une étude menée par l'association Transport for London (TfL) qui montrait que les escalators étaient plus efficaces si l'on se laissait porter par ceux-ci au lieu de doubler par la gauche les usagers qui restent stationnés à droite.

VOIR AUSSI : Un logiciel de reconnaissance faciale permet de retrouver des enfants victimes de traite sexuelle

Aujourd'hui, une autre proposition est étudiée afin d'être déployée en 2018. Afin d'éviter les files d'attente aux portiques, la société américaine en charge de la carte de métro londonienne Oyster développe actuellement un nouveau système de billetterie. Cubic Transportation Systems aimerait en effet éviter aux Londoniens l'obligation de sortir une carte ou un ticket de métro pour voyager.

De cette façon, le passage des usagers devrait être validé par une borne capable de reconnaître les visages et analyser les veines des paumes de la main. "Les veines palmaires peuvent être scannées à distance et sont tout aussi uniques que les empreintes digitales. De plus, cela évite la saleté ou le dépôt de graisse sur les scanners", explique la revue We Demain. Baptisée "FasTrack", la technologie développée repose sur des caméras infra-rouges qui rendent impossible la fraude (tenir une photographie devant son visage, par exemple).

Une avancée qui pose fatalement de nombreuses questions en matière de surveillance de la population à travers le recours massif aux données biométriques et aux caméras sous couvert de confort d'utilisation.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.