Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Carlos Alvarado : "Le Costa Rica a toujours été cohérent en matière d'environnement"

En savoir plus

L’invité du jour

Claire-Marie Le Guay : "La musique, c'est l'équilibre entre l'émotion et la pensée"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Nathalie Balla : "La Chine est un acteur majeur aujourd'hui, vous ne pouvez pas être hors de Chine"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Le prix des carburants à la loupe

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

RD Congo : les opposants signataires de l'accord de Genève appellent à l'unité

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"We're in the Brexs*it"

En savoir plus

LE DÉBAT

Brexit : vers un vote de censure contre Theresa May ?

En savoir plus

POLITIQUE

Mouvement des "gilets jaunes" : l'exécutif en pleine tempête

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Michelle Obama : la première First Lady afro-américaine se raconte

En savoir plus

EUROPE

Indépendance de la Catalogne : Madrid et Barcelone temporisent

© Pierre-Philippe Marcou, AFP | Le gouvernement espagnol a promis de "prendre le contrôle" de la Catalogne si la région ne renonçait pas à déclarer son indépendance.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 19/10/2017

Madrid se donne un nouveau délai, jusqu'à samedi, pour activer le fameux article 155 de la Constitution, qui suspendra l'autonomie de la Catalogne. Barcelone indique, elle, être toujours ouverte au dialogue.

À l'expiration, jeudi 19 octobre, de l'ultimatum lancé au président du gouvernement autonome de Catalogne pour clarifier sa position,  le gouvernement espagnol s'est donné un nouveau délai, jusqu'à samedi, pour activer le fameux article 155 de la Constitution, qui suspendra l'autonomie de la région.

Constatant le "refus" de Carles Puigdemont de répondre à ses demandes, "le gouvernement continuera les démarches prévues par l'article 155 de la Constitution pour restaurer la légalité" en Catalogne, indique Madrid dans un communiqué, qui annonce aussi la tenue samedi d'un conseil des ministres extraordinaire pour enclencher ce processus.

De son côté, Carles Puigdemont a annoncé qu'il pourrait demander au Parlement régional de voter sur une déclaration formelle d'indépendance si Madrid n'acceptait pas d'ouvrir un dialogue.

"Si le gouvernement de l'État persiste à empêcher le dialogue et poursuivre la répression, le Parlement de Catalogne pourra procéder, s'il l'estime opportun, au vote d'une déclaration formelle d'indépendance qu'il n'a pas votée le 10 octobre", a-t-il écrit dans une lettre adressée au chef du gouvernement Mariano Rajoy, après avoir évoqué la menace de suspension d'autonomie.

Des élus peuvent être suspendus et remplacés

Concrètement, l'article 155 est vague, dans le sens où il ne détaille pas les "mesures nécessaires", qui peuvent être prises. Selon des spécialistes du droit constitutionnel consultés par l'AFP, il permettrait de "prendre le contrôle des organes politiques et administratifs de la Communauté autonome rebelle".

>> À voir : qui est Carles Puigdemont, le Catalan qui défie Madrid ?

Des fonctionnaires et des élus peuvent être suspendus et remplacés : le président indépendantiste de Catalogne Carles Puigdemont pourrait donc être remplacé par le préfet de Catalogne, principal représentant de l'État dans la région. Le gouvernement central pourrait assumer les compétences dévolues à Barcelone, "comme l'ordre public ou les services publics".

Selon certains juristes, les mesures pourraient aller de la "suspension du gouvernement régional", au placement des Mossos d'Esquadra (police catalane) sous les ordres du ministère de l'Intérieur et même "à la fermeture du Parlement régional". Enfin, des élections régionales pourraient être organisées : Madrid devrait insister sur ce point pour rassurer les Catalans sur un retour à la normale à terme.

Avec AFP

 

Première publication : 19/10/2017

  • ESPAGNE

    L'ultimatum de Madrid expire, Rajoy menace de "prendre le contrôle" de la Catalogne

    En savoir plus

  • ESPAGNE

    Catalogne : Rajoy donne cinq jours à Puigdemont pour clarifier sa position sur l'indépendance

    En savoir plus

  • CATALOGNE

    Carles Puigdemont, l'inconnu de Gérone qui fait trembler Madrid

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)