Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

Michelle Obama : la première First Lady afro-américaine se raconte

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Dix ans après sa mort, hommage à Youssef Chahine

En savoir plus

L’invité du jour

Simon Baker : "Le Brexit peut menacer la circulation des œuvres d’art en Europe"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Rafael Correa : "Il y a un coup d'État en Équateur"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Le TGV marocain "Al-Boraq", vitrine du savoir-faire français

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Le string n'est pas une preuve de consentement"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Brexit : "Un gouvernement divisé, un parti divisé, une nation divisée"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

La fin des sanctions contre l'Érythrée

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Mais qu'est ce que ça veut dire "mettre le bololo" ?

En savoir plus

Découvertes

#Balancetonporc, #YoTambien, أنا_كمان# : ces hashtags nous auront aussi rappelé que le harcèlement n’a pas de frontières

© Mashable FR

Texte par France 24 Découvertes

Dernière modification : 20/10/2017

Depuis l'affaire Harvey Weinstein, les témoignages abondent dans le monde entier, prouvant à quel point la parole des victimes de harcèlement et d’agressions sexuelles mérite d'être libérée. Et combien ces violences sont banalisées.

L’affaire Weinstein en aura fait jaillir, des mots. À leur lecture, on a écarquillé les yeux et on a fini, un peu hébété, par se dire que "même si l’on savait", on n’imaginait pas qu’autant de femmes auraient à les prononcer.

VOIR AUSSI : Pourquoi il est indécent d'exiger des femmes qui témoignent avec #Balancetonporc qu'elles portent plainte

Depuis près d’une semaine, sur Twitter, elles sont des centaines de milliers à avoir choisi d’évoquer cette (et parfois ces) fois où elles furent victimes de harcèlement ou d’agression sexuelle. Parfois, leur expérience, bien que douloureuse, ne peut être qualifiée de ni l’un ni l’autre. Mais sous les hashtags #MeToo, #Balancetonporc, #YoTambien, #QuellaVoltaChe, #גםאנחנו ou encore نا_كمان#, la case juridique dans laquelle rentreraient ces actes, ces gestes ou ces paroles humiliantes importe peu. Témoigner pour prendre conscience de l’ampleur d’un problème que l’on ne peut plus taire, voilà surtout de quoi il s'agit.

En France, #Balancetonporc aura également rassemblé en cinq jours près de 350 000 messages

Aujourd’hui, plus d’1,2 million de tweets ont été postés sous le hashtag #MeToo lancé par l’actrice Alyssa Milano, dimanche 15 octobre. On a depuis appris que ce mouvement existait en réalité depuis plus d’une décennie, après avoir été créé par l’activiste afroféministe Tarana Burke pour dénoncer les violences sexuelles faites aux femmes de couleur.

Précédé d’un dièse, #MeToo aura été tout particulièrement utilisé en Suède, au Canada, en Norvège, au Danemark et bien sûr, aux États-Unis. On l'aura aussi aperçu à maintes reprises sur le Web britannique, australien, indien ou encore japonais. En France, #Balancetonporc aura, lui, rassemblé près de 350 000 messages en cinq jours, dont plus de 17 000 témoignages recensés, selon une étude Odoxa-Dentsu Consulting.

La déclinaison espagnole du mouvement, #YoTambien, s’est, elle, propagée sur les réseaux sociaux au Mexique, en Espagne et partout en Amérique du Sud.

En Italie, "Que Volta Che", qui signifie "Cette fois-là", a également encouragé les internautes à confier leurs pénibles expériences. On attribue d'ailleurs la première utilisation de ce hashtag italien à l’auteure Giula Blasi, avant même le lancement de MeToo.

En hébreu, גםאנחנו se traduit cette fois pas "Nous aussi". Mercredi, un quoditien israëlien a choisi de le faire apparaître en gros caractères sur sa une, illustrant les témoignages de six Israéliennes. En arabe, "Ana kaman" prend également le sens de "Moi aussi". On l’a vu notamment utilisé en Égypte, dont la capitale, Le Caire, a été déclarée comme la ville la plus dangereuse au monde pour les femmes.

Enfin, en Chine, un éditorial du China Daily affirmant qu’un mouvement #MeToo ne pourra jamais éclater dans le pays compte tenu de ses "traditions" et de l’instinct "protecteur de ses hommes envers les femmes" a suscité une vive polémique sur les réseaux sociaux nationaux. L’article a depuis été retiré. Une preuve de plus que le harcèlement est malheureusement universel.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Première publication : 20/10/2017