FOOTBALL

Lazio : indignation en Italie après le détournement d'une photo d'Anne Frank

Les ultras de la Lazio sont coutumiers des chants ou gestes racistes et antisémites.
Les ultras de la Lazio sont coutumiers des chants ou gestes racistes et antisémites. Vincenzo Pinto, AFP (illustration)

La polémique enfle en Italie, depuis dimanche, après le nouvel acte antisémite d'une frange des supporters de la Lazio qui ont détourné des photos d'Anne Franck pour cibler leurs rivaux de l'AS Roma.

Publicité

Le détournement d'images d'Anne Frank, la célèbre jeune fille juive morte en déportation dans un camp nazi pendant la Seconde Guerre mondiale, par des supporteurs de la Lazio de Rome suscite, depuis dimanche 22 octobre, une vague d’indignation en Italie.

Le scandale a éclaté après que des supporteurs ultras de la Lazio, coutumiers des slogans ou gestes xénophobes et antisémites, ont assisté dimanche à un match de leur équipe depuis le virage, habituellement occupé par des fans de leur rival l'AS Roma, dans le stade Olympique de la capitale italienne. Le leur est fermé pour deux matches après des cris de singes lancés pendant un match début octobre.

Pour marquer leur passage, des ultras ont collé des photomontages montrant Anne Frank avec le maillot de la Roma. Une image qu’ils avaient déjà utilisée en 2013, notamment sur les réseaux sociaux. La police italienne a ouvert une enquête après avoir constaté les faits.

La Lazio emmènera 200 jeunes fans à Auschwitz chaque année

À la suite des critiques qui se sont abattues sur les Laziale, le président du club Claudio Lotito a annoncé, ce mardi, qu'il emmènerait chaque année deux cents jeunes supporteurs à Auschwitz, où Anne Frank a été initialement déportée avant de mourir à Bergen-Belsen.

"Aujourd'hui nous entendons réaffirmer notre position encore une fois avec ce geste clair et sans équivoque : personne ne peut instrumentaliser la Lazio", a-t-il déclaré, après s’être rendu à la synagogue de Rome pour y déposer une gerbe de fleurs aux couleurs de son équipe. "La plupart de nos supporters sont avec nous contre l'antisémitisme", a-t-il assuré.

De son côté, la fédération italienne de football a annoncé la lecture dès mardi soir et mercredi d'un extrait du journal d’Anne Frank, avant chaque match de Serie A, B, C et le weekend prochain, et avant les rencontres des catégories jeunes comme amateurs.

Un acte "inhumain et alarmant"

La classe politique italienne a également fait part de son indignation. Mardi, le président de la République lui-même, Sergio Mattarella, a appelé le ministre de l'Intérieur, Marco Minniti, pour s'assurer que les responsables seraient identifiés et "définitivement bannis des stades". Utiliser l'image d'Anne Frank "comme signe d'insulte et de menace, outre que c'est inhumain, est alarmant pour notre pays, qui a subi la contagion, il y a 80 ans, de la cruauté bornée de l'antisémitisme", a-t-il dénoncé dans un communiqué.

"C'est incroyable, inacceptable, il ne faut pas le minimiser ni le sous-évaluer", a insisté le chef du gouvernement, Paolo Gentiloni, tandis qu'à Bruxelles, le chef du Parlement européen, Antonio Tajani, répétait que l'antisémitisme appartenait "au siècle dernier".

La Lazio, qui effectue un excellent début de saison, est actuellement quatrième de Serie A, juste devant l'AS Roma, qu'elle rencontrera le 18 novembre pour un derby délicat. Elle risque des sanctions exemplaires à la suite de cette affaire. Les joueurs porteront un maillot à l’effigie d’Anne Frank lors de leur échauffement demain avant le match face à Bologne, selon l’agence ANSA.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine