Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Miss Terre : la Libanaise disqualifiée à cause d'un cliché

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Disparition de Jamal Khashoggi : menaces sur la presse

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts d'Arthur Jugnot

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Art contemporain en banlieue : "Ce qui nous intéresse, c'est la mixité du public"

En savoir plus

#ActuElles

Élections de mi-mandat aux Etats-Unis : un nombre record de femmes candidates

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le casse-tête de la frontière irlandaise

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Burn-out : les absurdités du management moderne

En savoir plus

TECH 24

Femmes dans la tech : comment briser le "clic" de verre

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La pêche, une tradition familiale au Grau-du-Roi

En savoir plus

Découvertes

Une Italienne transpirant du sang a été hospitalisée, mais sa maladie partage les médecins

© CMAJ | Sur la gauche, le visage de la patiente. Sur la droite, son analyse du sang.

Texte par Benjamin BRUEL

Dernière modification : 24/10/2017

Une jeune femme de 21 ans suait littéralement du sang depuis trois ans avant de se rendre à l’hôpital. Elle souffrirait d'une maladie particulièrement rare.

Du sang, de la sueur et des larmes. Ou simplement du sang. Selon une étude de cas publiée par le Canadian Medical Association Journal le lundi 23 octobre, une jeune femme de 21 a été hospitalisée en Italie pour un problème à la fois horrible et très étrange : elle affirmait que du sang suait régulièrement de son visage et de ses mains depuis trois ans.

VOIR AUSSI : En Russie, certains utilisent des sangsues dans les traitements médicaux

La jeune femme, italienne, ne présentait pas de plaies ouvertes ou d’éraflures particulières lorsqu'elle a été admise à l'hôpital. Les périodes où du sang se mettait à suer de ses mains ou de son visage arrivaient sans prévenir, mais avaient tendance à s’amplifier en période de stress intense. Selon le Time, cet état de santé l’a, lentement mais sûrement, empêchée de mener une vie sociale normale.

Après avoir longuement observé la patiente et l’avoir traité pour des problèmes d’anxiété et de dépression, les médecins de la ville de Florence ont fait des analyses sanguines poussées. Mais celles-ci n’ont présenté aucune particularité, comme le corps médical l’explique dans la revue scientifique canadienne. Sur l'image plus haut, on voit d'ailleurs son visage en sang (A et B) et sur la droite, son alanyse sanguine (C), absolument normale.

"Je pense que cette personne a un très étrange défaut anatomique à un niveau microscopique"

Certains médecins ont alors avancé un diagnostic qui fait débat : elle souffrirait d’hématidrose, une affection rare qui fait suer un liquide rosé. En 2014, l’histoire d’une jeune Dominicaine de 19 ans, Delfina Cedeno, atteinte de la même maladie, avait beaucoup fait parler et ému.

Un cas "des plus inhabituels"

CBC News, la chaîne d’information du service public canadien, a notamment pu discuter avec le docteur Michelle Sholzberg, codirectrice du programme Hemophilia Comprehensive Care de l’hôpital Saint Michael de Toronto. L’hématologiste explique que le cas est "des plus inhabituels". "Je n’ai jamais vu un cas comme celui-ci", affirme-t-elle. "Et je peux dire que j’ai pu observer la plus grande partie des pires affections du sang, mais je n’avais jamais vu de sang suer de la peau."

Elle fait partie des gens qui remettent en cause le diagnostic d’hématidrose concernant la jeune femme. "Je pense que cette personne a un très étrange défaut anatomique à un niveau microscopique, ce qui a pour conséquence ce symptôme peu commun", poursuit le docteur.

Pour le moment, la patiente est traitée avec un bêta-bloquant appelé propranolol, qui a été efficace chez la plupart des malades atteints d'un mal plus ou moins similaire. Cela aurait calmé les saignements, mais ceux-ci continuent.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Première publication : 24/10/2017